Anorexie, boulimie

Les problèmes alimentaires sont parmi les plus durs à détecter. Généralement, la personne qui en souffre cache ses troubles, dont elle a honte. Parfois même, elle n’en est pas même consciente. C’est dans ce cas typique que ce site prend tout son intérêt: le rôle de la famille est capital, car c’est elle qui sera la mieux placée pour détecter que quelque chose ne tourne pas rond et aider la personne en difficulté à consulter. Les hommes peuvent aussi être atteints d’anorexie.

Cette page a pour but de vous aider à repérer les signes de l’anorexie et de la boulimie chez un proche (généralement sa fille, cas le plus fréquent) afin de l’aider au mieux.

.

I/ Quels sont les signes qui doivent alerter?

1/ Anorexie:

  • Le plus couramment, la restriction alimentaire est le signe le plus spectaculaire. Une diminution du volume d’aliments prolongée pendant plusieurs semaines, une succession de régimes rapprochés sont des éléments qui doivent alerter.
  • Parfois, l’anorexie se manifeste par une sélection des aliments, avec restriction de certaines familles d’aliments (graisse et sucré en particulier).
  • Dans certains cas, il est encore plus dur de s’apercevoir de l’anorexie: la personne atteinte d’anorexie semble s’investir beaucoup dans la cuisine, prépare les plats, mais ne les mange quasiment pas.
  • Enfin, la présentation la plus délicate et malheureusement assez fréquente, est celle où la personne anorexique mange normalement, mais vomit ensuite en cachette. Cette situation est extrêmement difficile à détecter. C’est pourquoi, il est très dur, en pratique, d’évaluer la quantité absorbée par la personne anorexique.
  • Il s’agit souvent d’une personne très investie dans son travail ou ses études.

En fait, le signe le plus objectif est la conséquence de la restriction alimentaire, c’est à dire l’amaigrissement. Dans le meilleur des cas, il est possible de demander à la personne, (souvent l’adolescente), quel est son poids et de pouvoir suivre l’évolution de ce poids. Sinon, il n’y a pas d’autre solution que de se baser sur la physionomie de la personne. Pour objectiver ensuite cet amaigrissement, une possibilité est d’amener la personne à consulter régulièrement son médecin traitant, qui lui, a l’opportunité de peser la personne et d’effectuer son suivi.

Ces éléments sont naturellement doublés d’une préoccupation majeure pour la silhouette, le poids, les régimes, ou certaines parties du corps. Actuellement, le thigh gap (intervalle entre les cuisses) est un centre de préoccupation pour les jeunes anorexiques, qui devient même un challenge, un enjeu de comparaison entre elles sur les réseaux sociaux: c’est à qui aura le thigh gap le plus large. Donc la maigreur la plus accentuée…

Ds signes indirects peuvent s’observer: adhésion à des groupes pro-ANA (pro anorexie), tendance à argumenter farouchement les bienfaits de la maigreur etc…

Les vomissements peuvent aussi révéler l’anorexie. Comme ils ont lieu en cachette, on les détectera de façon indirecte: traces dans les toilettes, odeur de bile.

2/ La boulimie:

Première idée reçue: une personne souffrant de boulimie est forcément en surpoids. Rien de plus faux. Généralement, les boulimiques ont un poids parfaitement normal. C’est justement ce qui fait que la boulimie est une maladie difficile à détecter.

La caractéristique la plus typique est la crise boulimique avec ingestion massive d’aliments, suivie de vomissements. Elle s’accompagne d’une honte importante, qui conduit la personne à effectuer les crises en cachette de l’entourage. Comment s’alerter?

– L’ingestion est souvent typique: généralement il s’agit d’aliments très caloriques (biscuits, chocolat…) ou d’un même type (que des légumes par exemple), nécessitant peu de préparation. Il est donc possible de s’en apercevoir à des signes indirects: diminution des stocks de nourriture, abondance d’emballages alimentaires dans les poubelles.

– Les vomissements: comme pour l’anorexie, ils ont lieu en cachette. On les détectera donc de façon indirecte: traces dans les toilettes, odeur de bile.

.

Troubles psychiques associés:

TOCs (Troubles obsessionnels compulsifs)

Anxiété sociale

Addictions (cocaïne, tabac…)

Dépression

Trouble panique

– Trouble bipolaire

Hypersensibilité

.

II/ Que faire?

Les troubles du comportement alimentaire sont une maladie grave, où parfois la vie peut être mise en jeu.

Quand la personne accepte une aide, il est indispensable qu’elle consulte des médecins, avant toute autre prise en charge. C’est pourquoi, il est essentiel qu’elle soit examinée par:

  • – un médecin généraliste, qui fera un bilan de son état physique
  • – un psychiatre, qui pourra s’occuper des causes psychiques de la restriction alimentaire volontaire

.

III/ Pourquoi ces problèmes sont-ils aussi durs à détecter?

Le principal problème est que les personnes souffrant de troubles alimentaires généralement en ont honte, ou alors dénient le problème. Dans les deux cas, elles tendent à refuser les soins.

Par ailleurs, il est parfois difficile de s’apercevoir de l’amaigrissement, valorisé dans les sociétés occidentales. Et même dans ce cas, il n’est pas toujours simple de distinguer ce qui est de l’ordre de la maigreur, et ce qui est de l’ordre de la minceur ou de la constitution naturelle.

.

IV/ Quels mécanismes?

Même si on retrouve souvent comme facteur déclenchant une remarque relative au poids, il est faux de penser qu’une telle remarque, seule suffit à déclencher une anorexie mentale. C’est un facteur déclenchant d’un processus pré existant.

Nous allons citer ci-dessous quelques enjeux classiques, qui peuvent se combiner entre eux.

  • Le contrôle

L’anorexie mentale est souvent une maladie du contrôle. Le poids est en effet l’une des rares choses que l’on peut contrôler quasiment à 100%. La personne anorexique tire une grande satisfaction de pouvoir exercer ce contrôle. Très souvent corrélé à un trouble anxieux.

  • Le plaisir

La personne souffrant d’anorexie a du mal à accéder au plaisir, et ne se l’autorise que si elle a d’abord souffert et consenti des efforts coûteux.

  • La culpabilité

La personne anorexique se punit par sa restriction alimentaire. Il y a  des idées d’indignité. Il y a souvent une association avec l’épisode dépressif majeur.

  • La peur

Dans ce cas de figure l’anorexie mentale est un moyen d’éviter une chose encore plus crainte (souvent inconsciemment) comme la sexualité, par exemple.

  • La rédemption

Dans ce cas de figure l’anorexie mentale est un moyen de se purifier, ou de rétablir quelque chose qui a été perturbé. Un cas typique est l’anorexie mentale consécutive à un abus sexuel, qui dans  l’économie psychique de la personne, permet de tenter d’effacer l’abus.

  • La liberté

Un indice de ce mécanisme est la présence d’une appétence pour la nourriture. Le principe est simple: en se restreignant par périodes, la personne anorexique se ménage des périodes de liberté absolue où elle mange ce qu’elle veut. Les personnes anorexiques avec ce mécanisme ont du mal à accepter une liberté seulement partielle.

  • L’angoisse de performance

La personne anorexique veut être parfaite, réussir, réussir, réussir. Elle est souvent par ailleurs brillante à l’école et en sport. L’anorexie mentale est un moyen d’être parfaite y compris sur le plan du corps. Ce mécanisme est très lié au mécanisme de contrôle.

.

V/Comment aider la personne?

Les troubles alimentaires ne peuvent pas se régler sans l’aide de professionnels. Il est indispensable de consulter un médecin généraliste et un médecin psychiatre. Le suivi sur le plan psychique et sur le plan physique est nécessaire, par des médecins, qui pourront tenir compte du risque de survenue éventuelle de pathologies somatiques.

Il est inutile de négocier, de culpabiliser, voire de forcer la personne ayant des troubles alimentaires à manger. La seule chose à faire, c’est de l’amener à consulter des professionnels, au mieux, en maintenant un climat de confiance.

Pièges classiques dans l’anorexie mentale, pour la famille:

  1. Il est ainsi classique est de se focaliser sur les quantités mangées à chaque repas, ou la volonté de la personne anorexique de refuser de manger. On rentre alors dans un piège où l’anorexie est le point qui préoccupe l’entourage, alors que le problème est avant tout l’amaigrissement, avec les risques physiques qu’il entraîne. C’est ainsi qu’on voit parfois des situations où les familles ont remarqué l’anorexie, qui a parfois débouché sur un long forcing alimentaire, tout en étant peu conscientes de l’amaigrissement. Ce n’est de la faute à personne: le déni fait partie intégrante de la maladie, et cela diffuse parfois à l’entourage.
  2. Forcer la personne anorexique à manger. L’alimentation devient alors non seulement un moyen de régler les problèmes internes, mais aussi un moyen de peser sur l’entourage. En alternant savamment les moments où elle mange et les moments où elle ne mange pas, la personne anorexique va exercer un contrôle sur son entourage, en distillant alternativement espoir et déception. Ce bénéfice secondaire doit absolument être désactivé en renonçant au forcing alimentaire.
  3. L’enjeu de l’alimentation entraîne une culpabilité, doublée d’une impuissance, insupportable pour l’entourage. Il est capital que l’entourage se rappelle que l’anorexie mentale est une affaire de professionnels, et qu’il n’a pas les moyen d’agir dessus.
  4. Argumenter sans fin pour convaincre. Les personnes anorexiques connaissent par cœur le sujet et trouvent toujours des arguments pour contrer les vôtres.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.En métro: Station Charles de Gaulle Etoile (ligne 6 depuis Paris 7- Paris 14- Paris 15 – Paris 16; ligne 2 depuis Paris 17; ligne 1 depuis Paris 1- Paris 2 – Paris 8, Neuilly sur Seine, La Défense, Nanterre)En RER: Station Charles de Gaulle Etoile (RER A depuis La Défense, Nanterre, Paris 8, Paris 1- Paris 4 – Paris 11, Rueil, Maisons Laffitte, Le Vésinet etc…)En bus: Station Charles de Gaulle Etoile (lignes 22-30-52 depuis Paris 75016; ligne 92 depuis Paris 75007, 75014, 75015; lignes 30-31-92-93 depuis Paris 75017; ligne 73 depuis Neuilly sur Seine; lignes 22-52-73 depuis Paris 8; ligne 92 depuis Levallois)

Fait à Paris par un psychiatre

Comments are closed.

Dernier article mis en ligne:

Achats inconsidérés / compulsifs: les reconnaître, identifier les pièges des techniques de vente, et comment s'en prémunir.

Articles les plus demandés:

  1. reconnaître la dépression et soigner la dépression
  2. reconnaître et soigner l’anxiété/l’angoisse
  3. traiter l’anxiété sociale, la phobie sociale et la glossophobie
  4. anorexie/boulimie
  5. maigrir/perdre du poids
  6. problèmes de couple, thérapie de couple
  7. aider un proche
  8. les Troubles obsessionnels compulsifs (TOC)

Le site est gratuit, sans pub, et le restera!

Si vous voulez nous aider, cliquez simplement sur nos boutons de réseaux sociaux pour nous liker!