Addiction / dépendance à l’alcool

Rédacteur addiction: Dr Nicolas Neveux, Psychiatre à Paris, formé en Thérapie Cognitive et Comportementale (AFTCC) et en Thérapie Interpersonnelle (IFTIP), Membre du Collège National Professionnel de Psychiatrie, mail: dr.neveux@gmail.com
 .
Sources: Pratiquer la Thérapie Interpersonnelle (TIP) , Dunod; Manuel de thérapie comportementale et cognitive, Dunod

 .

panneau-fleche-droite-ou-gaucheL’essentiel:

addiction dépendance alcool cocaine soigner guérir tcc complications

 

psychiatre psychologue psychothérapeute tcc tip therapie cognitivet et comportementale interpersonnelleGénéralités

Il s’agit d’une maladie fréquente. Le mésusage d’alcool concerne 14% de la population générale et la consommation d’alcool est à l’origine de 49 000 décès par an en France. En Europe, elle est responsable de plus de 7 % des maladies et décès prématurés. Au niveau mondial, l’alcool est le troisième facteur de risque de morbidité, après l’hypertension artérielle (HTA) et le tabac.

Même à la dose relativement modérée de 13 grammes par jour, le risque global pour la santé est augmenté.

Au-delà de 2 verres par jour pour les femmes et 3 verres par jour pour les hommes, le risque de conséquences délétères sur la santé est augmenté.

 

psychiatre psychologue psychothérapeute tcc tip therapie cognitivet et comportementale interpersonnelleSignes de l’addiction à l’alcool

On distingue (1):

  • symptômes comportementaux (incapacité progressive à gérer sa consommation, pertes des rituels familiaux etc…)
  • répercussions sociales ou médicales (pathologie liée à l’alcool, perte d’un emploi, problèmes financiers etc..)
  • symptômes pharmacologiques regroupant la tolérance et le sevrage.

symptômes comportementaux

Ils regroupent tous les comportements orientés vers la consommation d’alcool:

  • recherche d’alcool
  • préoccupation excessive par rapport à l’alcool
  • difficulté à refuser un verre d’alcool
  • banalisation
  • déni
  • justification de l’addiction
  • consommation excessive
  • binge-drinking (consommation massive d’alcool en peu de temps)
  • prise d’alcool dans des situations inadaptées

addiction dépendance alcool cocaine soigner guérir tcc complications tip

répercussions sociales ou médicales

  • isolement
  • complications psy
  • complications physiques (cirrhose etc…)

symptômes pharmacologiques

  • envie irrépressible de boire (craving)
  • besoin d’augmenter les doses d’alcool pour obtenir un même effet
  • signes de manque en cas de sevrage
  • ivresses trop fréquentes

Situations classiques de consommations excessives d’alcool

  • consommation festive, en soirée, jusqu’à l’ivresse
  • alcool utilisé comme un anxiolytique ou pour s’échapper
  • consommation d’alcool pour tromper l’ennui
  • alcoolisation importante en solitaire, en cachette, vécues de façon honteuse
  • repas d’affaires, où la consommation d’alcool est un enjeu social
  • difficulté à refuser de boire

 

psychiatre psychologue psychothérapeute tcc tip therapie cognitivet et comportementale interpersonnelle Causes de l’addiction / dépendance à l’alcool

Causes psychiques de l’addiction

Toutes les pathologies psy peuvent entraîner une addiction à l’alcool. C’est le cas de l’anxiété et des troubles anxieux Trouble Anxiété Généralisée (TAG)trouble panique, phobie, TOC (Trouble Obsessionnel Compulsif)

D’autre part la dépression, le trouble bipolaire, les problèmes sexuels et les problèmes de couple sont tous susceptibles d’induire une addiction à l’alcool.

Le burnout est aussi un phénomène pouvant générer de la dépendance à l’alcool.

Enfin, la schizophrénie et les troubles de personnalité (dépendante, borderline…) peuvent aussi créer une addiction à l’alcool.

Modèles explicatifs de l’addiction

L’idée centrale est l’apparition d’un inconfort, un ressenti émotionnel que le patient ne parvient pas à gérer. Pour y faire face, il utilise la substance comme un « pseudo-médicament ». C’est le modèle de l’automédication.

Ainsi, l’alcool est souvent utilisé pour faire face à une situation de tension ou une émotion désagréable:

des situations interpersonnelles

  • conflit
  • anxiété ou phobie sociale
  • timidité
  • besoin de se conformer aux attentes d’un groupe (boire parce que c’est le code social du groupe)

des situations internes

  • anxiété / angoisse
  • charge mentale
  • tristesse
  • nécessité de faire interface entre deux situations. Par exemple, c’est le cas des consommations ayant lieu au retour du travail
  • recherche de détente
  • joie: envie de fêter une réussite
  • ennui
  • envie irrépressible de boire

 

psychiatre psychologue psychothérapeute tcc tip therapie cognitivet et comportementale interpersonnelleComplications de l’addiction / dépendance à l’alcool

Pathologies psy

L’addiction à l’alcool augmente le risque de survenue de la dépression (2) mais aussi des troubles anxieux ( trouble panique, trouble obsessionnel compulsif (TOC), trouble anxiété généralisée).

L’addiction à l’alcool peut entraîner un isolement ou des complications sociales (perte d’emploi, problèmes de couple voire divorce).

Pathologies organiques

Même à la dose relativement modérée de 13 grammes par jour, le risque global pour la santé est augmenté.

Au-delà de 2 verres par jour pour les femmes et 3 verres par jour pour les hommes, l’alcool est un facteur de risque majeur pour :

  • les cancers : bouche, gorge, œsophage, colon-rectum, sein chez la femme.
  • certaines maladies chroniques : maladies du foie (cirrhose) et du pancréas, troubles cardiovasculaires, hypertension artérielle, maladies du système nerveux (Syndrome de Korsakoff etc…), démence précoce, etc.
  • le delirium tremens lors de l’arrêt

 

psychiatre psychologue psychothérapeute tcc tip therapie cognitivet et comportementale interpersonnelleTraitement de l’addiction / dépendance à l’alcool

Démarche initiale

Pour prendre en charge la dépendance à l’alcool, il est essentiel de consulter un psychiatre.

En effet, plusieurs démarches doivent être faites rapidement:

  • recherche d’une pathologie associée sur le plan psy
  • recherche de complications organiques
  • organisation de la prise en charge, qui sera la plupart du temps pluri-disciplinaire
  • réalisation d’un entretien motivationnel

addiction dépendance cannabis tabac alcool soigner guérir tcc tip complications

Une fois la stratégie thérapeutique établie, il est possible de passer au traitement de l’addiction proprement dite. Cela commence par l’entretien motivationnel.

L’entretien motivationnel

Le début de la prise en charge se fera toujours par un entretien motivationnel. Théorisé par Prochaska et DiClemente, l’entretien motivationnel a pour but de favoriser le développement de la motivation chez le patient. En effet, ce paramètre est le meilleur facteur pronostic du traitement de l’addiction.

L’entretien motivationnel est réalisé par un psychiatre formé à la passation de cette technique. Au mieux, l’entretien motivationnel bénéficie d’apports de thérapie interpersonnelle évaluant l’étayage social du patient.

entretien motivationnel cercle prochaska et diclemente addiction dependance alcool tcc

Prise en charge psychothérapique de l’addiction

La Thérapie Interpersonnelle (TIP) et la Thérapie cognitive et Comportementale (TCC) sont efficaces dans l’addiction à l’alcool. La psychothérapie intervient après l’entretien motivationnel.

Elle sera faite au mieux par le psychiatre coordonnant la prise en charge, ou éventuellement déléguée à un psychiatre ou un psychologue TCC ou TIP. Le choix entre la TCC et la TIP sera effectué par le psychiatre en fonction des éléments

Le psychiatre ou le psychologue TCC ou TIP cherche à identifier les déterminants qui entraînent la consommation d’alcool.

Dans tous les cas on observe une automatisation de la consommation d’alcool sur le modèle: j’ai envie, je bois. En d’autres termes, l’envie est le déclencheur de la consommation, sans que le patient se donne le temps d’évaluer si la consommation en vaut le coup. Il y a donc annihilation du libre arbitre du patient. Le psychiatre TCC ou TIP va donc rétablir le patient dans son libre arbitre.

Thérapie interpersonnelle (TIP)

La stratégie du psy TIP est d’aider le patient à relier les dysfonctionnements interpersonnels à sa consommation. Il peut s’agir par exemple de conflit, deuil, modifications de vie (mariage, divorce, licenciement etc…)  ou simplement incitation à la consommation par appartenance au groupe social.

Le psy TIP aide le patient à régler ces dysfonctionnements interpersonnels. De plus, il anticipe les problèmes interpersonnels qui vont apparaître du fait de l’arrêt de la consommation et aide le patient à les solutionner.

addiction dependance alcool et thérapie interpersonnelle tip

Pour cela il va utiliser des analyse du liens, des analyses de communication, afin d’aider le patient à changer les relation non fonctionnelles.

Thérapie cognitive et comportementale (TCC)

L’idée de la TCC est que la consommation d’alcool peut être due à des distorsions cognitives (ou erreurs cognitives). Ces distorsions cognitives peuvent soit entraîner une tension soit banaliser la consommation d’alcool.

  • Exemple de cognitions à l’origine d’une tension: « tout le monde va se moquer de moi ». Du coup une tension est créée, que le patient apaise en consommant de l’alcool afin de se donner du courage.
  • Exemple de cognitions banalisant la consommation d’alcool: « aller c’est pas grave, tu peux boire un verre de plus, ça ne te fera rien »

addiction dependance alcool et thérapie cognitive et comportementale tcc

Traitement médicamenteux

Pour réduire l’appétence à l’alcool:

  • baclofène
  • acamprosate
  • antabuses

Pour prévenir les complications de la dépendance à l’alcool notamment lors du sevrage:

  • benzodiazépines
  • vitamines B1, B6, PP

 

Venir au cabinet:

9 rue Troyon, Paris; tél:0609727094

En métro: Station Charles de Gaulle Etoile (ligne 6 depuis Paris 7-14-15-16; ligne 2 depuis Paris 17; ligne 1 depuis Paris 1-2-8, Neuilly sur Seine, La Défense, Nanterre)

En RER: Station Charles de Gaulle Etoile (RER A depuis La Défense, Nanterre, Paris 8, Paris 1-4-11, Rueil, Maisons Laffitte, Le Vésinet etc…)

En bus: Station Charles de Gaulle Etoile (lignes 22-30-52 depuis Paris 75016; ligne 92 depuis Paris 75007, 75014, 75015; lignes 30-31-92-93 depuis Paris 75017; ligne 73 depuis Neuilly sur Seine; lignes 22-52-73 depuis Paris 8; ligne 92 depuis Levallois)

Bibliographie

(1) Collège national des Universitaires de Psychiatrie (France), Association pour l’enseignement de la sémiologie psychiatrique (France), Collège universitaire national des enseignants en addictologie (France). Référentiel de psychiatrie et addictologie: psychiatrie de l’adulte, psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, addictologie – Chapitre Episode Depressif. 2016. 185‑199 p.

(2) Boden JM, Fergusson DM. Alcohol and depression. Addict Abingdon Engl. mai 2011;106(5):906‑14.

Fait à Paris 16 par un psychiatre et un psychologue addictologue