Isolement

Rédacteur: Dr Nicolas Neveux, Psychiatre à Paris, formé en Thérapie Cognitive et Comportementale (AFTCC) et en Thérapie Interpersonnelle (IFTIP), mail: dr.neveux@gmail.com
 .
Sources: Pratiquer la Thérapie Interpersonnelle (TIP) , Dunod; Manuel de thérapie comportementale et cognitive, Dunod
.

panneau-fleche-droite-ou-gaucheL’essentiel:

Terrible nouveauté du vingtième siècle, le sentiment d’isolement est l’un des plus grands fléaux des pays occidentaux. Pas tant d’ailleurs, du fait des conséquences directes, mais à cause du mal-être que cela engendre.

 

I/ Différents types d’isolement:

L’isolement est une calamité à laquelle la réponse doit être éclectique: sociale, familiale et psychique. Bien entendu, il n’appartient pas à un tel site d’analyser ni même de se prononcer sur les deux premières catégories; par contre, nous allons tenter de suggérer une réponse en rapport avec le contexte psychique.

Même si l’isolement est multifactoriel, il est possible d’intervenir pour aider les personnes qui souffrent d’isolement. Plusieurs cas peuvent se distinguer.

– Les personnes qui présentent une timidité majeure dans toutes les situations de la vie, et qui ont du mal à se faire des amis ou aller avec les autres. Il s’agit d’un déficit interpersonnels quantitatif.

– Les personnes qui peuvent avoir une vie sociale globalement normale, mais qui éprouvent des difficultés uniquement dans un contexte particulier: par exemple, dans le cadre professionnel, ou dans les relations sentimentales. Il s’agit d’un déficit interpersonnel qualitatif.

– Les personnes qui se sont éloignées de toute cellule familiale, et qui aimeraient améliorer cette situation.

Notre conseil est de ne pas sous-estimer l’impact psychologique de l’isolement. A terme, il peut s’avérer très délétère… il semble en effet que l’homme ne soit pas conçu pour vivre seul… Les conséquences peuvent être importante: dépression, baisse d’estime ou de confiance en soi, phobie sociale, repli sur soi.

 

II/ Les causes de l’isolement peuvent être nombreuses et très différentes:

Dépression (qui peut donc être cause ou conséquence de l’isolement)

Phobie sociale (qui peut donc être cause ou conséquence de l’isolement)

Angoisse de performance

– Peur de l’engagement

– Peur de l’abandon

– Traumatisme

Abus sexuel

Trouble bipolaire

Addictions

– Mais très souvent, l’isolement ne résulte pas d’un problème particulier, mais est la conséquence d’une sommes d’habitudes, de craintes légères, de principes éducatifs mais aussi de pression sociale qui aboutissent à l’isolement social. Un travail de développement personnel est alors nécessaire, apte à remettre progressivement en cause les schémas qui ont conduit à cette situation.

 

III/ Reconnaître l’existence de l’isolement chez soi-même ou chez un proche:

L’isolement peut se détecter par:

– une solitude marquée, un tendance à être taciturne

– un évitement des situations sociales, de façon généralisée ou dans certains cas de figure uniquement.

– une tristesse liée à cette solitude…

– … ou au contraire un déni total de la situation, avec parfois une tendance à la rationalisation
– timidité

hypersensibilité en situation sociale

– vécu honteux de la situation

  • Pour les parents, il est donc très important de savoir repérer, chez l’enfant, les premiers signes qui trahissent ces difficultés:

– difficultés scolaires

– phobie scolaire

– manque de confiance en soi

tristesse, renfermement de l’enfant

– hyperactivité

– comportements transgressifs, opposition à l’adulte

  • Certaines complications peuvent survenir:

dépression

addictions

addiction au portable

– actes auto-agressifs (notamment scarifications chez l’adolescent)

 

IV/ Traitement

Le traitement doit avant out privilégier la pathologie psy si une pathologie est retrouvée comme étant la cause de l’isolement. Si l’isolement social est un révélateur d’un problème psy nécessitant un traitement spécifique (trouble bipolaire, dépression…), la prise en charge de l’isolement social passera nécessairement par le traitement de ce problème psy sous-jacente. De même, il sera essentiel de prendre en charge les complications éventuelles (dépression, addiction à l’alcool…).

Le traitement de l’isolement lui-même est principalement psychothérapique.

L’aide en thérapie consiste alors à identifier les mécanismes qui ont entraîné l’isolement social et la souffrance qui l’accompagnent, à mettre en exergue les difficultés concrètes (situation sociale, etc…) tout en tenant compte des souhaits de la personne.

Globalement, des psychothérapies très efficaces sont les thérapies cognitivo-comportementales (TCC) et les thérapies interpersonnelles. Les thérapies interpersonnelles (TIP) sont la thérapie de choix dans cette indication puisqu’elles consacrent un axe spécifique de travail à l’isolement.

Traitement de l’isolement par la TIP:

L’isolement est modélisé en TIP comme la conséquence de dysfonctionnements interpersonnels: difficultés à aller vers autrui, incapacité technique ou manque de motivation à le faire, non-conscience des bénéfices que l’interaction à l’autre peut apporter, difficulté à entretenir et développer les liens interpersonnels.

Le travail du psy TIP consiste à identifier ces dysfonctionnements et aider le patient à en prendre conscience. Puis par des exercices en séance ou entre les séances, il va aider le patient à surmonter ces difficultés.

Pour plus d’information, nous vous conseillons de vous reporter au site très complet de l’IFTIP (Institut de Formation en Thérapies Interpersonnelles), association loi 1901 : https://www.iftip.fr qui fait référence dans le domaine.

Traitement de l’isolement par la TCC

La TCC permet de traiter l’isolement en ciblant les croyances erronées que nourrit le patient sur lui même, les autres, ou la façon de rentrer en contact avec l’autre. Ces patients ont souvent des préjugés sur les relations humaines, qui les angoissent, ou les amènent à éviter les relations interpersonnelles.

 

 

Fait à Paris par un psychiatre avec le concours d’un psychologue

Venir au cabinet :

  • En métro: Station Charles de Gaulle Etoile (ligne 6 depuis Paris 7-14-15-16; ligne 2 depuis Paris 17; ligne 1 depuis Paris 1-2-8, Neuilly sur Seine, La Défense, Nanterre)
  • En RER: Station Charles de Gaulle Etoile (RER A depuis La Défense, Nanterre, Paris 8, Paris 1-4-11, Rueil, Maisons Laffitte, Le Vésinet etc…)
  • En bus: Station Charles de Gaulle Etoile (lignes 22-30-52 depuis Paris 75016; ligne 92 depuis Paris 75007, 75014, 75015; lignes 30-31-92-93 depuis Paris 75017; ligne 73 depuis Neuilly sur Seine; lignes 22-52-73 depuis Paris 8; ligne 92 depuis Levallois)