Psychiatre ou psychologue, psychanalyste, psychothérapeute : quelles sont les différences?

Vous voulez consulter un psychiatre ou psychologue mais vous ne connaissez pas leurs spécificités? Cette page vous permettra de tout savoir sur eux!
.
Rédacteur: Dr Nicolas Neveux, Psychiatre à Paris, Membre du Collège National Professionnel de Psychiatrie , Vice-Président de la Commission d’évaluation des Psychothérapies, mail: dr.neveux@gmail.com
 .

panneau-fleche-droite-ou-gaucheL’essentiel:

  •  Psychothérapeute, psychiatre ou psychologue ont des rôles bien différents dans la prise en charge
  • Dans les grandes villes comme Paris, Lyon, Bordeaux ils sont nombreux… pour ne pas vous perdre ayez une idée claire de leurs rôles et particularités
  • En premier consulter un psychiatre. En effet, c’est lui qui pose le diagnostic, organise la stratégie thérapeutique et effectue les psychothérapies
  • Le psychologue et le psychothérapeute ne sont pas habilités à posé un diagnostic psychiatrique mais interviennent dans la prise en charge psychothérapique dans les cas où le psychiatre ne fait pas lui-même la psychothérapie

Psychologue ou psychiatre: ils sont nombreux à Paris . Comment choisir ?

Il n’est pas facile de se repérer parmi la multitude de professionnels (psychiatre ou psychologue, psychothérapeute…) qui exercent dans cette branche, particulièrement à Paris.

Pourtant, savoir distinguer psychiatre ou psychologue est capital. En effet, ils n’ont pas la même formation, les mêmes domaines de compétence, ni les mêmes particularités. De plus, leur rôle est très différent. Voici la stratégie de prise en charge classique d’un problème psy.

Avant de commencer, un message essentiel:

Psychiatre ou psychologue, qui consulter pour poser un diagnostic ?

Ensuite, pour bien comprendre quelle place a un psychiatre ou un psychologue dans la prise en charge, nous allons vous expliquer:

  • les différences entre psychiatre ou psychologue
  • comment s’organise une prise en charge correcte en santé mentale
  • les autres dénominations « psy » et les autres professionnels.

Chaque professionnel psy a un rôle précis à prendre dans la prise en charge.

Cette section est là pour vous aider à y voir plus clair parmi les « psys » et savoir ce que vous pouvez attendre de chacun d’entre eux. Notre conseil: bien vous renseigner et bien demander à votre interlocuteur s’il est psychologue ou psychiatre. De plus, pour un analyste, précisez à quel type de théorie il se réfère. Pour résumer, le mieux est de choisir un professionnel dont la formation est bien codifiée en France, gage de qualité et d’efficacité.

Enfin, le site vous propose de découvrir les différences entre les psychothérapies. Par ailleurs, si vous voulez visionner des vidéos illustrant comment se déroulent des séances de psychothérapie, vous pouvez consulter les vidéos du cycle de découverte des psychothérapies.

 

I/ Psychiatre ou Psychologue: quelles différences ?

 A/ Le psychiatre

Le psychiatre est médecin et peut être psychothérapeute tcc ou tip

Statut

Professionnel le plus connu, le psychiatre vous apporte la garantie d’une solide formation (dix ans d’études au moins), et d’un exercice très strictement encadré en France. Sa formation dure 4 ans, en plus des 6 ans de tronc commun en médecine, pendant lesquels il est temps plein à l’hôpital. Par conséquent il cumule un minimum de 4 années complètes de formation clinique pratique auprès de patients. (Bac + 10)

Le psychiatre est médecin avant tout. Il intervient en première ligne et pourra par conséquent démêler problèmes d’ordre psychologique, et symptômes faisant soupçonner une maladie physique. Il pose le diagnostic psychiatrique.

Rôle

Il occupe une position clé dans la prise en charge.

Son rôle est diagnostique tout d’abord. En effet, les problèmes psychologiques peuvent avoir des origines très diverses.

Ainsi, une dépression peut avoir une origine uniquement psychique, ou être causée par un nombre très varié de pathologies organiques: hypothyroïdie, hypocorticisme, Lupus…

Il va donc poser un diagnostic en s’assurant d’éliminer une cause organique (extrêmement fréquente) mais aussi poser un diagnostic psychiatrique.
En psychiatrie, les diagnostics sont variés et difficiles à distinguer. En effet, il n’existe pas d’examens complémentaires pour faire le diagnostic et les symptômes sont souvent retrouvés d’une pathologie à l’autre, induisant de la confusion:

Etant médecin il est donc le seul professionnel de santé mentale habilité à poser un diagnostic psychiatrique.

Il va par ailleurs faire le diagnostic d’éventuelles complications, de pathologies associées et des facteurs de risque. Ainsi, derrière toute pathologie psy on recherchera des complications type dépression ou addiction.

Par la suite, son rôle est donc d’organiser la prise en charge et de mener les soins (médicaments, psychothérapies). Les soins peuvent être curatifs, ou à but préventifs. Il peut aussi choisir de déléguer certaines prises en charge à un assistant social, un psychologue etc…

Il et le seul à pouvoir pratiquer les trois seuls types de traitement qui sont nécessaires et efficaces dans la plupart des pathologies « psy »: la prescription de médicaments, la prise en charge institutionnelle (dont l’hospitalisation) et la psychothérapie.

En plus d’une compétence psychothérapique générale, il peut avoir une spécialisation en thérapie familiale, en thérapie cognitivo-comportementale (TCC), en thérapie interpersonnelle (TIP) ou en psychanalyse.

Ensuite, il est astreint à un code de déontologie, dont l’application est garantie par un Conseil de l’Ordre.

Sa qualification est garantie et il a donc deux avantages:

  • premièrement, il est habilité à prescrire les médicaments
  • deuxièmement, il pourra vous délivrer une feuille de soins pour une prise en charge des soins (si conventionné) par le sécu et votre mutuelle.

Nous ne pouvons pas vous conseiller de mutuelle ou d’assurance, mais nous vous précisons trois choses:

    • pour une meilleure couverture, privilégiez les complémentaires « vertueuses » avec peu de frais de gestion donc pas de pub. Toutes les dépenses de publicité sont faites au détriment des remboursement des soins…
    • lisez bien les contrats proposés car il existe de multiples offres de faible qualité
    • faites vous aider dans votre choix (attention les comparateurs ne sont pas toujours indépendants) notamment par les associations loi 1901 dédiées à la protection sociale comme La médecine Libre Assurance Santé (RNA W751218966), les associations de consommateurs comme UFC Que Choisir (n°1219 W 90118), ou les articles des sites d’étude de la consommation (par exemple cet article sur les complémentaires santé)

B/ Le psychologue

confiance lien psychologue psychiatre psychothérapeute

Autre professionnel bénéficiant d’une formation universitaire, le psychologue vous garantit des qualités d’écoute et de thérapie.

Une fois le diagnostic psychiatrique posé par le psychiatre, si le psychiatre ne fait pas la psychothérapie, il peut la réaliser. Sa prise en charge peut aussi passer par des tests lui permettant de poser un diagnostic psychologique. D’ailleurs, si la prise en charge nécessite des tests psychologiques, le psychologue clinicien est le professionnel le plus calé pour les faire passer. Le psychiatre peut prescrire des tests psychologiques afin d’évaluer une dimensions précise chez un patient: Quotient Intellectuel (Q.I), tests projectifs etc…

Par contre, n’étant pas médecin, le psychologue n’effectue aucune prescription et ne peut émettre de feuille de soins (hors cas particuliers). En plus d’une compétence psychothérapeutique générale, il peut avoir une surspécialisation en thérapie familiale, en thérapie cognitivo-comportementale, en thérapie interpersonnelle ou en psychanalyse.

Il faut distinguer les psychologues cliniciens, les neuropsychologues et les psychologues du travail. Il est donc capital de vous renseigner sur le titre exact du psychologue qui vous intéresse.

Les psychologues cliniciens sont principalement ceux qui vont intervenir dans le soin en santé mentale. Leur formation est de niveau master 2 (bac +5). Elle est avant tout théorique car le temps passé en stage pratique auprès du patient est peu étoffé en volume horaire. Ainsi, il n’y a généralement pas de stage clinique avant la 3e année de licence. Certaines facultés demandent par exemple 70 heures de stage d’observation pour valider la licence. Il faut ensuite 300h de stage pour valider le master 2 ce qui correspond à 45 jours en équivalent temps plein.

Le nom de l’Université qui a formé votre psychologue est aussi essentiel. En effet, la formation des psychologues n’est pas homogène. Ainsi, la formation peut être par exemple d’orientation cognitive, TCC ou analytique. Or tous les types de théories psychothérapiques ne sont pas égales sur le plan de l’efficacité. Nous vous conseillons donc de vous informer sur l’Université de formation du psychologue et sur le type d’orientation théorique pratiquée dans cette Université. Nous vous recommandons de suivre ce lien pour découvrir les différents types de psychothérapie.

C/ Psychiatre ou psychologue? Points communs et différences

Notons que de plein droit, psychiatre ou psychologue clinicien peuvent se dire respectivement:  Psychologue-psychothérapeute ou Psychiatre-psychothérapeute (cf décret du 7 mai 2012).

MAIS: contrairement au médecin, le psychologue n’a aucune formation systématique à reconnaître les intrications maladies physiques et psychiques. Il ne peut ni les détecter ni les soigner, contrairement au psychiatre qui est médecin. ll ne peut pas poser un diagnostic psychiatrique. Il peut suivre un code de déontologie, s’il adhère à une organisation qui se soumet à un code éthique, mais n’a pas de Conseil de l’Ordre pour un garantir l’application.

La formation clinique et pratique est beaucoup plus développée pour le psychiatre que pour le psychologue, du fait de la maquette nécessaire pour valider le titre.

Psychiatre ou psychologue, cliquez ici si vous voulez savoir comment choisir un bon psy.

 

II/ Psychiatre ou psychologue, psychothérapeute : place dans la prise en charge

Supposons que vous ayez une douleur importante au genou: naturellement vous commenceriez par consulter un médecin afin de poser un diagnostic. Le généraliste ou orthopédiste poserait alors le diagnostic et vous prescrirait des médicaments, de la kinésithérapie etc… Eh bien en santé mentale, c’est pareil. C’est du soin comme n’importe quel soin.

1/ Qui consulter en premier?

Il faut d’abord un diagnostic posé par un médecin psychiatre, puis un traitement indiqué par ce psychiatre. Il éliminera au passage une pathologie physique et non pas psy. Selon les cas, le traitement sera dispensé par le psychiatre lui-même ou par un professionnel dont le rôle sera uniquement de dispenser ce traitement.

Le schéma de prise en charge peut ainsi être résumé:

Psychiatre ou psychologue et psychothérapeute tcc ou tip : quels rôles dans la prise en charge ?

Les médicaments sont prescrits par le psychiatre. La psychothérapie peut être effectuée par le psychiatre également. Si le psychiatre ne fait pas la psychothérapie, le psychologue et le psychothérapeute trouvent toute leur place.

Mais attention, il faut savoir que la prise en charge ne se résume pas aux médicaments ou à la psychothérapie (voir ci-dessous, approche bio-psycho-sociale). Selon les cas de figure, une approche sociale peut aussi être nécessaire, une intervention familiale, ou une prise en  charge en hôpital de jour ou en hospitalisation. C’est le psychiatre qui coordonne ces différentes prises en charge.

Par ailleurs, le suivi du traitement, quel qu’il soit, doit être assuré par le psychiatre, pour vérifier l’efficacité  et la tolérance.

Enfin, en santé mentale, le diagnostic est souvent associé à d’autres diagnostics ou complications qu’il convient de prendre en charge. Par ailleurs, il peut être nécessaire de traiter les facteurs de risque. C’est le rôle du psychiatre.

Psychiatre ou psychologue à paris : ils jouent sur le psychologique et le social

Le rôle du psychiatre sera d’agir sur chaque déterminant psychique (biologique, sociale ou psychothérapique) afin de permettre la guérison du patient.

2/ Exemple de prise en charge

Ainsi, prenons l’exemple d’un patient présentant des attaques de panique. Une stratégie thérapeutique pourrait être:

Le psychiatre psychothérapeute en thérapie cognitive et comportementale organise le traitement du trouble panique avec le psychologue

.

III/ Psychanalyste, comportementaliste, TIPiste

Il s’agit de professionnels qui ont suivi une spécialisation psychothérapique spécifique. Toutefois, ces formations, de qualité, sont généralement dispensées par des écoles ou des sociétés savantes, et non pas universitaire. Il est donc très facile de suivre une de ces formations, et de considérer qu’on est compétent… alors que ce n’est pas le cas. Notre conseil est donc le suivant:

Si le professionnel est psychiatre ou psychologue, le fait qu’il pratique une psychothérapie est un avantage: cela signifie qu’en plus de l’enseignement universitaire, il est spécifiquement formé à une psychothérapie.

Si le professionnel ne précise pas de titre de psychiatre ou de psychologue, se disant simplement « analyste » ou « systémicien » ou « cognitiviste », méfiez-vous… c’est qu’il ne peut se prévaloir d’aucun titre reconnu, et n’arbore qu’un titre non réglementé sans garantie de compétence minimale.

  • TIPiste

Trouver à Paris un psychiatre ou psychologue en thérapie interpersonnelle TIP

 Il s’agit d’un professionnel pratiquant la thérapie interpersonnelle (TIP). Il peut intervenir dans tous les types de problèmes. De plus, il est quasiment toujours psychiatre ou psychologue (condition pré-requise pour s’inscrire dans certains cycles de formation, comme à l’IFTIP). La TIP est une sur-spécialisation.

  • Psychanalyste /analyste

Ce thérapeute n’est pas forcément ni psychiatre ni psychologue. Toutefois, il bénéficie d’une formation codifiée par les Sociétés Savantes de Psychanalyse, dont le contenu varie selon les tendances, ce qui garantit une base théorique conséquente. Les analystes ont une grande diversité d’exercice selon la théorie qu’il mette en pratique (lacanien, jungien, freudien etc…)

 

  • Comportementaliste / Cognitiviste / Cognitivo-comportementaliste

Trouver à Paris un psychiatre ou psychologue en thérapie cognitive et comportementale TCC

Professionnel exerçant un type de psychothérapie particulier appelé thérapie cognitivo-comportementale (TCC).  Il peut intervenir dans tous les types de problèmes. Il est quasiment toujours psychiatre ou psychologue (condition pré-requise pour s’inscrire dans certains cycles de formation, comme à l’AFTCC). La TCC est une sur-spécialisation.

 

  • Thérapeute familial / systémicien

Professionnel exerçant un type de psychothérapie particulier appelé thérapie systémique ou thérapie familiale. Cette thérapie est particulièrement adaptée aux problèmes rencontrés chez les enfants. Il est quasiment toujours psychiatre ou psychologue. La thérapie familiale est une sur-spécialisation.

 

IV/ Psychothérapeute et professionnels moins académiques

  • Thérapeute / Psychothérapeute

Cette dénomination est la moins claire. Théoriquement, elle désigne tous les professionnels capables d’effectuer une psychothérapie. Toutefois, jusqu’à récemment, les conditions qui réglementaient le droit de se prévaloir de se titre n’étaient pas claires. De ce fait, beaucoup de personnes ont pu utiliser ce titre sans pour autant se prévaloir d’une formation reconnue.

Depuis le 22/05/10, le décret d’application de la loi sur l’utilisation du titre de psychothérapeute est publié au Journal Officiel; à l’alinéa 24.

Il définit très clairement les conditions d’application de la loi et les conditions d’accession à ce titre. Seuls les psychiatres et les psychologues cliniciens sont détenteurs de plein droit du titre de psychothérapeute, tous les autres doivent attester d’une formation telle que définie dans le décret.

Ce décret est une excellente nouvelle pour la profession du soin en santé mentale puisqu’elle permettra d’obtenir enfin une transparence qui n’était pas encore de mise.

Toutefois, soyons réalistes, le délai entre la publication de ce décret et son application concrète (avec les régularisations nécessaires) va encore être long. De plus certains professionnels peu scrupuleux risquent de ne pas retirer de leur plaque le titre de « psychothérapeute » même s’ils ne sont pas fondés légitimement à l’utiliser. Enfin, il existe une clause dans ce décret, dénommée clause du grand-père, qui octroie le titre de psychothérapeute à toute personne qui a exercé comme psychothérapeute pendant 5 ans, sans vérification de sa formation ou compétence.

Les conseils suivants restent donc encore d’actualité:

Pour un professionnel qui peut se prévaloir d’un bagage théorique reconnu, comme un psychiatre ou un psychologue, et qui ajoute « psychothérapeute » à ce titre: pas de problème (au contraire!).

Par contre, dans le cas d’un professionnel qui s’intitule « psychothérapeute » sans plus de précisions: méfiance, bien prendre ses renseignements. Nous vous le déconseillons fortement. Pour vous aider, une association existe (Psychothérapies Vigilance). Le psychothérapeute doit être en mesure de vous prouver d’où lui vient le titre de psychothérapeute: vous pouvez le lui demander! De plus, une liste est établie par l’ARS (Agence Régionale de Santé). Il est très fortement conseillé d’aller voir un psychothérapeute psychiatre ou psychologue.

Psychiatre-psychothérapeute = OUI

Psychologue-psychothérapeute = OUI

Psychothérapeute sans autre titre = NON

 

  • Coach / Coach thérapeutique

Ce professionnel intervient pour améliorer les performances du patient dans un domaine bien circonscrit. Le problème, c’est qu’il n’existe pas  de formation bien codifiée pour attribuer ce titre. Beaucoup l’utilisent sans support théorique valable. Pour en savoir plus sur le coaching, nous vous suggérons de consulter la page sur le coaching.

On distingue plusieurs types de coaching:

– coaching individuel ou en entreprise

– coaching de groupe

– analyse et audit d’une situation

Le coaching est très utilisé en entreprise et aussi très à la mode à titre individuel. Ses apports sont très importants et bénéfiques lorsque le coach est compétent. De nombreuses structures de coaching fleurissent… alors comment se repérer?

Comme le titre de coaching n’es protégé par aucun décret, n’importe qui peut s’intituler coach.

Par conséquent, là encore, méfiance. Si vous choisissez un coach, le plus prudent est d’en choisir un qui ait une formation diplomante dans le soin: psychiatre, psychologue ou infirmier diplômé d’Etat. Cette prudence vous donnera un gage de qualité.

 

  • Autres dénominations

Notre conseil: méfiez-vous en règle générale de tous les « thérapeutes » qui ne peuvent pas se prévaloir d’un titre clairement reconnu. Généralement, quand on a des titres, on les met en avant, donc si on ne le met pas sur sa plaque, c’est qu’on n’en n’a pas…

De même, méfiez vous de tous les « titres » dont la dénomination n’est pas bien claire. Renseignez-vous d’abord, car beaucoup de dénominations ne garantissent aucune formation particulière. Aucun d’eux ne peut bénéficier du titre de psychothérapeute de droit.

– psychopraticien: ambigu car rappelle le terme de praticien hospitalier médecin. Mais psychopraticien n’est pas médecin

– fasciathérapeute et fasciapulsologue: thérapie manuelle non conventionnelle. Efficacité non prouvée. A ne pas confondre avec la chiropraxie et l’ostéopathie, dont les titres sont reconnus en France.

– psychosomatologue

– somatologue

– réflexologue

– thérapeute énergétique.

Ces termes regroupent des exercices non reconnus et dont l’efficacité (autre que placebo) n’est pas démontrée scientifiquement. Si le terme n’est pas clair, méfiez-vous!!

 

V/ Professionnels reconnus n’effectuant pas de psychothérapie:

  • Psychomotricien

Ce professionnel bénéficie d’une formation universitaire régie par l’état. Il intervient dans le cadre de bilans et de prises en charge mettant en lien le psychique et le corps. Il ne dispense aucune psychothérapie, et intervient sur prescription médicale. Ne vous laissez pas tromper par le « psy » de la première syllabe!

En cas de problème, ne restez pas seul: contactez une association de patients, ou un médecin.

Venir au cabinet à Paris:

9 rue Troyon, Paris; tél:0609727094

En métro: Station Charles de Gaulle Etoile (ligne 6 depuis Paris 7-14-15-16; ligne 2 depuis Paris 17; ligne 1 depuis Paris 1-2-8, Neuilly sur Seine, La Défense, Nanterre)

En RER: Station Charles de Gaulle Etoile (RER A depuis La Défense, Nanterre, Paris 8, Paris 1-4-11, Rueil, Maisons Laffitte, Le Vésinet etc…)

En bus: Station Charles de Gaulle Etoile (lignes 22-30-52 depuis Paris 75016; ligne 92 depuis Paris 75007, 75014, 75015; lignes 30-31-92-93 depuis Paris 75017; ligne 73 depuis Neuilly sur Seine; lignes 22-52-73 depuis Paris 8; ligne 92 depuis Levallois)

Fait à Paris 16 par un psychiatre et un psychologue

 

Image parPeggy und Marco Lachmann