Fibromyalgie ou SPID (Syndrome polyalgique idiopathique diffus)

La fibromyalgie, aussi dénommée fibrosite, fibromyosite, polyenthésopathie, rhumatisme psychogène), rhumatisme des tissus mous, fibrosite (1983), ou SPID (Syndrome polyalgique idiopathique diffus) est une entité méconnue bien que décrite médicalement depuis plusieurs années. Malheureusement ces patients sont souvent catalogués comme « psy » sans qu’un traitement adéquat leur soit administré.

I/ Critères diagnostiques

Les symptômes doivent être chroniques.

1/ Douleurs

Symptôme très fréquent. Les douleurs peuvent être constantes ou intermittentes, sévères, migratrices, évoluant par crise ou permanentes.

Zones évocatrices:

• Occiput : bilatérales, à l’insertion des muscles sous-occipitaux
• Nuque, rachis cervical inférieur : bilatérales, sur les versants antérieurs des espaces intertransversaires C5-C7
• Ceinture scapulaire droite et gauche, trapèze : bilatérales, au milieu du bord supérieur
• Sus-épineux : bilatérales, à l’origine de l’épine de l’omoplate, près de
son bord interne
• 2e côte : bilatérales, à la deuxième articulation costochondrale, à côté
de la face supérieure de l’articulation
• Epicondyle : bilatérales, à 2 cm au-dessous de l’épicondyle
• Fessières : bilatérales, dans le cadran supéro-externe de la fesse
• Grand trochanter : bilatérales, au bord postérieur du grand trochanter
• Genou : bilatérales, près de l’interligne interne
• Région dorsale
• Région lombaire
• Thorax
• Abdomen
• Articulations temporo-mandibulaires droite et gauche
• Bras droit et gauche
• Avant-bras droit et gauche
• Hanches (trochanter-fesse) droite et gauche
• Cuisses droite et gauche
• Jambes droite et gauche

2/ Autres symptômes

  • Fatigue (asthénie)
  • Troubles du sommeil
  • Dérouillage matinal
  • Douleurs de règles, dysménorrhée
  • Migraines et céphalées de tension
  • Instabilité vésicale, troubles urinaires (mictions fréquentes)
  • Troubles digestifs fonctionnels
  • Syndrome de Raynaud
  • Anxiété, dépression
  • Difficultés de concentration et troubles de la mémoire
  • Hypersensibilité au bruit, à la lumière, et aux odeurs
  •  Troubles du transit intestinal, (diarrhée, constipation)
  • Troubles de la thermorégulation : intolérance anormale au froid et à la chaleur.
  •  Syndrome des jambes sans repos
  • Syndrome Sec de Gougerot-Sjögren (yeux secs, bouche sèche, peau sèche…)
    

3/ Signes précurseurs

Avant l’installation de la fibromyalgie avec tous ses symptômes, il existe une période où seuls sont présents des signes précurseurs:

– fatigue anormale à l’effort
– inconfort musculaire, courbatures, fourmillements, fatigue
– station debout pénible
– intolérance au froid, à la chaleur
– troubles digestifs divers (douleurs épigastriques, côlon irritable)
– vessie irritable
– troubles du sommeil

II/ Comment faire le diagnostic?

Il n’y a pas d’examen spécifique de la fibromyalgie: ceux-ci servent surtout à éliminer une autre maladie. Les examens radiologiques et biologiques sont en effet normaux dans la fibromyalgie. Le diagnostic est clinique, grâce à des questionnaires.

Questionnaire le plus connu:

Questionnaire LFESSQ
LFESSQ : London fibromyalgia epidemiology study screening questionnaire.
Critères de douleur
• Avez-vous eu des douleurs dans les muscles, les os ou les articulations,
ayant duré au moins une semaine ?
• Avez-vous eu des douleurs dans les épaules, les bras et les mains ? De
quel côté ? A droite, à gauche ou des deux côtés ?
• Avez-vous eu des douleurs dans les jambes ou les pieds ? De quel côté ?
A droite, à gauche ou des deux côtés ?
• Avez-vous eu des douleurs dans le cou, le thorax ou le dos ?Critères de fatigue
• Au cours des trois derniers mois, avez-vous été souvent las ou fatigué ?
• La fatigue ou la lassitude limitent-elles significativement vos activités ?

III/ Fréquence de la fibromyalgie

La fibromyalgie touche 2 à 5 % de la population. Elle concerne essentiellement les femmes entre 30 et 50 ans. On observe 4 femmes pour un homme. Elle peut toucher l’enfant.

IV/ Traitement

1/ Médicamenteux

on peut employer:

  • Antalgiques
  • Antidépresseurs, notamment l’amitriptyline et la fluoxétine
  • Antiépileptiques: prégabaline

Il existe d’autres molécules dont l’efficacité est peu concluante.

2/ Non médicamenteux

On citera:

Mode d’action de la psychothérapie TCC dans la fibromyalgie:

Les TCC vont aborder le traitement de la fibromyalgie selon une stratégie analogue à toutes les douleurs chroniques. Le psy TCC cherche à décentrer le patient de ses douleurs par un remodelage attentionnel: la douleur est d’autant moins vive que l’attention du patient se concentre sur d’autres sujets.

Ensuite le travail s’intéresse à déconstruire les représentations catastrophistes du patient quant à sa maladie. En effet, beaucoup de patients souffrent non seulement des douleurs directes de la fibromyalgie, mais aussi des conséquences qu’ils anticipent: impossibilité à faire du sport, à travailler, mauvaise image consécutive etc… La restructuration cognitive va permettre d’identifier la part fondée de la part catastrophiste de cette vision et d’aider le patient à développer des solutions ou des aménagements.

Enfin, le travail TCC cible les évitements et restrictions que les patients se sentent obligés de consentir dans leur vie. En effet, par crainte de la douleur, le patient va être amené à éviter certaines situations ou se priver de certaines activités. Le travail TCC permet d’évaluer la pertinence de ces restrictions et, à nouveau, de développer des solutions ou des aménagements.

Les autres approches: hypnose, acupuncture, physiothérapie, n’ont pas à l’heure actuelle prouvé leur efficacité.

 

Photo by Kleiton Silva