Hypersensibilité , hyperémotivité : comment reconnaître et soigner un hypersensible ?

Rédacteur « hypersensibilité »: Dr Nicolas Neveux, Psychiatre à Paris, formé en Thérapie Cognitive et Comportementale (AFTCC) et en Thérapie Interpersonnelle (IFTIP), Membre du Collège National Professionnel de Psychiatrie, mail: dr.neveux@gmail.com
 .
Sources: Pratiquer la Thérapie Interpersonnelle (TIP) , Dunod; Manuel de thérapie comportementale et cognitive, Dunod

.

panneau-fleche-droite-ou-gaucheL’essentiel:

L’hypersensibilité est un terme qui est très souvent utilisé, dans des contextes différents, mais les notions auxquelles il correspond ne sont pas toujours clairement définies. De ce fait, de nombreuses personnes hypersensibles ne sont pas reconnues dans leur souffrance. Cette article vous propose de tout savoir sur les signes de hypersensibilité émotionnelle et comment la guérir.

Soigner l'hypersensibilité émotionnelle et l' hyperémotivité

.

I/ Manifestations de l’hypersensibilité / hyperémotivité

Usuellement, l’hypersensibilité psychique se manifeste sous les formes suivantes. Bien sûr, chaque item n’est pas systématiquement présent chez toutes les personnes hypersensibles ou hyperémotives. Il s’agit simplement d’un ensemble d’éléments qui se voient couramment dans le cadre de l’hypersensibilité:

Manifestations émotionnelles

  • hyperréactivité à des stimulus qui ne font pas réagir la majorité des gens
  • débordement émotionnel face à des situations génératrices d’émotion (cas du Syndrome de Stendhal), y compris des émotions agréables.
  • inadaptation entre la qualité, l’intensité, la fréquence, ou la durée de l’émotion, d’une part, et la situation qui la génère: l’émotion peut être trop forte, durer trop longtemps où ne pas être adaptée à la situation.
  • tendance à amplifier les ressentis
  • fragilité face à toute difficulté ou dysfonctionnement imprévus
  • parfois attaques de panique

Signes cognitifs

  • faculté à mémoriser avec beaucoup d’acuité son propre vécu
  • tendance à détailler ses propres expériences
  • capacité à rire, pleurer, être anxieux avec une fréquence plus élevée que la moyenne
  • difficulté de mentalisation: problèmes pour donner une lecture structurée des processus psychiques, des émotions, des intentions de soi-même ou d’autrui
  • tendance à l’introspection
  • ruminations
  • mémorisation trop précise des émotions négatives et difficulté à les oublier ou passer à autre chose

Manifestations comportementales et physiques

  • impulsivité
  • difficulté face à l’inconnu
  • hypervigilance
  • intolérance à l’ennui: les personnes hypersensibles ne supportent pas l’ennui, l’inactivité ou la passivité
  • conséquences des précédents items: fatigue, insomnie
  • difficulté dans le lien à l’autre: soit pour le choix de l’interlocuteur, soit dans ce que la personne va choisir de lui confier.
  • incapacité à s’opposer, à s’affirmer ou inversement, explosivité émotionnelle
  • réticence à défendre ses droits ou inversement, explosivité émotionnelle
  • peur du conflit
  • tendance à être facilement intimidé par le ton, ou une attitude menaçante
  • fidélité en amitié
  • grande empathie: tendance à se mettre du côté du plus faible systématiquement
  • tendance à la dépendance affective
  • sur le plan sentimental: sensibilité accrue au regard du conjoint
  • incapacité à draguer ou à aller vers un inconnu ou à l’inverse, sur-exposition incontrôlée
  • grande souffrance lors des ruptures sentimentales, notamment le premier amour
  • hypersensibilité aux reproches et critiques
  • capacité à banaliser le suicide, comme une solution parmi d’autres, face aux émotions
  • grande conscience du temps qui passe, des actes manqués, des pertes
  • hypersensibilité aux changements y compris anodins (changer de voiture, déménager etc…)
  • attachement qui peut prendre beaucoup de temps, mais très robuste une fois installé
  • pleurs et montées émotionnelles fréquentes dans des situations chargées émotionnellement (films, spectacle, sport…)

Hypersensibilité à des stimulus spécifiques

  • aux odeurs: hyperosmie,
  • aux sons: hyperacousie voire misophonie (phobie des sons) ou phonophobie
  • à la lumière: photophobie
  • aux ondes: probable, même si pas encore totalement prouvée. Cependant, la souffrance des personnes s’en plaignant doit être prise en compte

Ces hypersensibilités spécifiques sur des stimulus sensoriels doivent systématiquement faire suspecter une origine physique avant de s’orienter vers une cause psychique. Un médecin psychiatre doit forcément intervenir afin d’éliminer une cause somatique (cf ci-dessous).

.

II/ Comment reconnaître l’hypersensibilité / hyperémotivité dans la vie de tous les jours?

Typiquement, la personne hypersensible vit une expérience bénigne… par exemple, une réprimande légère au travail. Cette expérience qui serait rapidement oubliée par d’autres est parfaitement perçue et amplifiée par la personne hypersensible. Là où d’autres auraient conçu une légère vexation et serait passée à autre chose, la personne hypersensible vit la chose très mal. Elle en souffre, mais chose importante, est généralement capable de se rendre compte de l’importance exagérée de son vécu émotionnel.

hypersensibilité et hyperémotivité : comment les traiter ?

Par ailleurs, La personne hypersensible fuit souvent l’ennui qu’elle ne supporte pas.

Ce qui révèle l’hypersensibilité

Il peut s’agir d’une hypersensibilité à un stimulus (bruit, lumière…), à une situation, ou à une émotion.

Certaines situations mettent souvent à jour l’hypersensibilité. Par exemple, dans les relations interpersonnelles la personne hypersensible a du mal à analyser ses émotions et à contextualiser ou chercher l’intentionnalité. De plus, la prise de décision est compliquée. Par ailleurs, les personnes hypersensibles sont généralement très attentives et observatrices. Du coup, elle sont capables de détecter des stimulus qui passeraient inaperçus aux yeux du plus grand nombre… mais pas aux leurs. Ces stimulus peuvent, eux aussi, générer un vécu émotionnel disproportionné.

Pensées en lien avec l’hypersensibilité

Derrière l’hypersensibilité / hyperémotivité, on retrouve généralement des cognitions, qui sont à l’origine de l’amplification des émotions, ainsi que des difficultés de mentalisation ou des dysfonctionnements interpersonnels.

De plus, les personnes hypersensibles ont souvent eu comme préoccupation principale, dans l’enfance, de plaire à leurs parents, au détriment de leurs propres désirs, avec une grande sensibilité à leur jugement. La peur de l’abandon pouvait les amener à accepter des injustices de leur part. Souvent, les enfants hypersensibles préféraient passer du temps avec leurs parents plutôt qu’en compagnie d’autres enfants.

Enfin, l’hypersensibilité / hyperémotivité peut être généralisée, affectant l’ensemble de la vie du patient, ou des contextes particuliers (domaine sentimental, professionnel, etc…).

.

III/ Modèles de l’hypersensibilité / hyperémotivité

L’hypersensibilité émotionnelle est la résultante observable de l’intrication de plusieurs processus psychiques.

hypersensibilité émotionnelle : quels signes révèlent un hypersensible ?

Les déterminants génétiques et biologiques induisent une configuration neurobiologique, de nature organique. Là-dessus, les expériences sensitivo-motrices précoces, émotionnelles et sociales vont poser les grandes lignes du style d’attachement de l’individu et les premiers schémas de pensée (schémas cognitifs). Les expériences de vie vont façonner la mentalisation (conscience de soi et de l’autre) et la création de nouveaux schémas cognitifs. Les dysfonctionnements en terme de style d’attachement, de régulation émotionnelle, de schémas ou de mentalisation, entrainent l’hypersensibilité émotionnelle.

.

IV/ Causes de l’hypersensibilité / hyperémotivité

Souvent l’hypersensibilité est isolée, sans cause retrouvée ni d’origine physique ni psychique. Toutefois, il faut toujours qu’un psychiatre intervienne afin de poser un diagnostic médical et d’éliminer une cause organique.

Les diagnostics physiques les plus fréquents sont:

  • pathologies hormonales: dysthyroïdies, syndromes de Cushing, troubles touchant les hormones sexuelles
  • en particulier dans les hypersensibilités spécifiques, d’apparition brutale ou progressive: infections, causes neurologiques, épilepsie
  • démences
  • pathologies ORL (otites)

Précisons qu’une hypersensibilité révèle rarement de tels diagnostics. Mais la prudence s’impose et ils doivent être éliminés par un psychiatre avant d’intervenir sur le plan psy.

Les diagnostics psychiatriques les plus fréquents sont:

  • hypersensibilité simple, isolée, très fréquente
  • troubles anxieux
  • troubles de l’humeur (troubles bipolaires, dépression…)
  • PTSD (syndrome de stress post-traumatique)
  • TDAH
  • Haut Potentiel / Précocité

.

V/ Comment traiter l’hypersensibilité / hyperémotivité?

L’hypersensibilité peut trouver sa source dans de nombreuses causes. Pour soigner l’hypersensibilité, il faut donc avant tout qu’un diagnostic soit posé par un médecin psychiatre. (voir ici les différences entre psychiatre ou psychologue). Il faut savoir que deux personnes hypersensibles peuvent présenter cette caractéristique pour des raisons totalement différentes. En effet, l’hypersensibilité n’est pas un diagnostic, c’est une caractéristique qui doit s’interpréter dans un cadre plus large, en tenant compte de la personne dans sa globalité.

Hypersensibilité et hyperémotivité : comment prendre en charge un hypersensible ?

1/ Diagnostic

Pour soigner l’hypersensibilité, il faut d’abord s’assurer que cette caractéristique ne s’intègre pas dans un diagnostic psy. Il semble utile de ne soigner l’hypersensibilité que si cette dernière est mal vécue ou désagréable pour la personne hypersensible. Ce n’est d’ailleurs souvent pas une pathologie. Le psychiatre se charge de ce diagnostic.

 

2/ Traitement

Si un diagnostic plus large est posé, c’est d’abord le traitement du diagnostic plus large comme le trouble anxieux ou le trouble de l’humeur qui doit être fait.

Cette chose étant dite, le traitement de l’hypersensibilité en elle-même repose sur la psychothérapie. TCC ou TIP.

Thérapie Interpersonnelle

– La Thérapie Interpersonnelle (TIP) est une thérapie de choix dans cette indication car elle permet de prendre en charge la dimension interpersonnelle qui est quasiment toujours liée aux problèmes d’hypersensibilité ou d’hyperémotivité.

Elle est par ailleurs très efficace dans la dépression, le trouble bipolaire ou le trouble de personnalité borderline.

Son principe est le suivant: elle va aider la personne hypersensible à mentaliser ses émotions, ses intentions et celles d’autrui. En effet, une grande part du mécanisme de l’hypersensibilité dans les situations interpersonnelles réside dans la difficulté à attribuer à autrui des intentions correctes: les intentions de l’autre ne sont pas claires et souvent vécues d’une façon méfiante. L’autre est vécu comme hostile ou animé de mauvaises intentions. La TIP permettra au patient hypersensible d’expérimenter des relations interpersonnelles apaisées en l’amenant à donner une lecture fiable des intentions de l’autre.

La TIP va également cibler les émotions en cherchant à aider exprimer ses émotions par des techniques dédiées comme la clarification émotionnelle.

Dans cette démarche, la  TIP va aider la personne à prioriser ses besoins et ses attentes, et identifier ses dysfonctionnements interpersonnels. Ce travail permet de soigner le défaut de mentalisation, la cause de l’hypersensibilité / hyperémotivité donc de soigner l’hypersensibilité à la racine.

Thérapie cognitivo-comportementale

– La Thérapie cognitive et comportementale (TCC) est également très efficace dans cette indication. Pour cela, le psychologue ou le psychiatre TCC aide le patient à rationaliser ce qu’il vit. Ainsi, le patient met le vécu à distance afin de ne pas laisser l’émotion le submerger.

Dans cette démarche, l’idée est de travailler les représentations mentales du patient, son interprétation de la situation et du contexte. En rediscutant ces interprétations inappropriées exagérées qui sont à l’origine de l’hypersensibilité / hyperémotivité, le psy TCC va soigner la cause de l’hypersensibilité / hyperémotivité. A cette fin, les techniques utilisées comprennent le questionnement socratique, la restructuration cognitive, par exemple.

MIndfullness / Pleine conscience

Cette psychothérapie n’a pas prouvé scientifiquement son efficacité, mais elle peut être utilisée comme un complément à une TCC ou une TIP

.

VI/ Complications de l’hypersensibilité / hyperémotivité émotionnelle

Les complications les plus fréquentes sont les suivantes:

En lien avec une tentative de « soigner » l’hypersensibilité / hyperémotivité:

  1. addictions, visant à apaiser l’hypersensibilité / hyperémotivité: drogues, alcool, cannabis…
  2. troubles du comportement alimentaire (boulimie, anorexie, binge eating)
  3. troubles anxieux

En lien avec la difficulté à contrôler le comportement dicté par l’émotion exagérée:

  1. impulsivité
  2. impulsivité sexuelle
  3. complications sociales (licenciement, divorce…)

 

 

Venir au cabinet à Paris

9 rue Troyon, Paris; tél:0609727094

En métro: Station Charles de Gaulle Etoile (ligne 6 depuis Paris 7-14-15-16; ligne 2 depuis Paris 17; ligne 1 depuis Paris 1-2-8, Neuilly sur Seine, La Défense, Nanterre)

En RER: Station Charles de Gaulle Etoile (RER A depuis La Défense, Nanterre, Paris 8, Paris 1-4-11, Rueil, Maisons Laffitte, Le Vésinet etc…)

En bus: Station Charles de Gaulle Etoile (lignes 22-30-52 depuis Paris 75016; ligne 92 depuis Paris 75007, 75014, 75015; lignes 30-31-92-93 depuis Paris 75017; ligne 73 depuis Neuilly sur Seine; lignes 22-52-73 depuis Paris 8; ligne 92 depuis Levallois)

Fait à Paris 16 par un psychiatre et un psychologue

Photo by Kristopher Roller by Carolina Heza and by Ayo Ogunseinde