Le déconfinement aura lieu à un moment plus ou moins proche et sera plus ou moins total. Mais il aura lieu. Or, alors que nous avions identifié les conséquences psychiques du confinement et les moyens de le surmonter au mieux , il nous paraît désormais tout aussi capital d’attirer l’attention sur les conséquences inhérentes au déconfinement.

.
Rédacteur « conséquences du déconfinement »: Dr Nicolas Neveux, Psychiatre à Paris, formé en Thérapie Cognitive et Comportementale (AFTCC) et en Thérapie Interpersonnelle (IFTIP), mail: dr.neveux@gmail.com
.

L’essentiel:

  • Le déconfinement sera un stress en tant que tel
  • Les conséquences psychiques sont liées notamment au risque pour la santé, à l’inquiétude  pour le futur risque, et à la confiance que les populations accorderont aux autorités sanitaires.
  • La pédagogie des autorités sanitaires sera essentielle pour permettre un vécu psychique favorable
  • Cette situation présente des analogies avec la situation psychique existant lors des attentats de 2015. Dans les deux cas, le besoin fondamental de liberté est restreint au profit de la sécurité, et de même, nous sommes dépendants d’une autorité tierce pour assurer notre sécurité et nous rassurer.

Déconfinement du covid coronavirus : quelles conséquences psychiques ?

Pour bien comprendre les effets psychiques du déconfinement, il convient de distinguer plusieurs éléments.

I/ Introduction sur les conséquences psychiques du déconfinement

Le vécu psychique du déconfinement variera en fonction de nombreux paramètres. En effet, il différera énormément selon certains paramètres:

  • la compréhension du déconfinement
  • la confiance dans les autorités sanitaires
  • a-t-on vécu bien ou mal le confinement?
  • présente-t-on des troubles psychiques?
  • a-t-on été malade ou avons-nous eu un proche atteint d’une forme grave ou décédé?
  • les conséquences que la crise aura sur nous
  • la faculté à gérer le changement

Il est intéressant de prendre conscience que la situation a de nombreuses analogies avec la situation psychique existant lors des attentats de 2015.

Tout d’abord, le besoin fondamental de liberté est restreint au profit de la sécurité. Ensuite, nous devons vivre avec une menace latente suspendue au-dessus de nos têtes, tout en étant dépendants d’une autorité tierce pour assurer notre sécurité et nous rassurer. Cette situation est très inconfortable à vivre au point de générer de la souffrance et des émotions comme la colère, la tristesse, ou le dégoût.

 

II/ Conséquences psychiques du déconfinement

A/ Stress

Nous l’avions évoqué, le confinement entraîne des facteurs de stress. Mais le déconfinement aussi!

Le stress est lié à plusieurs facteurs entre autres:

  • peur du virus
  • imprévisibilité
  • doutes sur l’avenir
  • rupture de l’équilibre trouvé lors du confinement
  • augmentation de la charge mentale

Tous ces facteurs engendrent une surcharge émotionnelle, qui peut être faite d’ anxiété, colère, frustration, tristesse… Chacun sera plus ou moins capable de la gérer. Ceux qui la géreront le moins bien peuvent voir apparaître des complications, par exemple:

B/ Peur du covid / coronavirus

Le premier facteur de stress lors du déconfinement est: « Serai-je en danger lors du déconfinement? »

1/ Eléments générant de l’angoisse

Comme on l’avait vu, le virus a de nombreuses caractéristiques angoissantes:

  • taux de mortalité élevé
  • mortalité rapide
  • contagiosité élevée
  • contamination possible par voie aérienne (via les postillons)
  • mécanismes de contamination pas complètement élucidés
  • apparition récente: virus encore inconnu
  • impossibilité de se protéger parfaitement de la contamination
  • pas de traitement curatif, uniquement des soins symptomatiques
  • pas de vaccin
  • immunité acquise après infection non établie
  • contagiosité même en l’absence de symptômes

Nous sommes donc toujours aussi impuissants à nous en protéger complètement. Ce stress risque d’entraîner une angoisse énorme car il concerne l’instinct de survie. De nombreuses distorsions cognitives risquent d’apparaître, entraînant une exagération, une catastrophisation etc…

Le déconfinement est synonyme de retour dans le monde et dans la société. Par conséquent, il nous expose aux situations sociales et donc accroît notre risque de contamination (vie en entreprise, transports…)

2/ Incapacité à se rassurer soi-même

Dans ce contexte, la difficulté est double:

  • Nous devrons supporter le risque permanent lié à l’exposition au covid sans être en mesure de l’évaluer complètement.
  • Nous sommes incapables d’évaluer ce risque nous-même. Du coup, les populations sont tributaires des informations qui leur sont distillées pour se rassurer.

Habituellement, un individu se rassure en évaluant rationnellement la situation et en y apportant des réponses raisonnables. Il tente de corriger les causes et de pallier les conséquences. Mais ce qui rend la réassurance très difficile est que la situation actuelle rend les populations dépendantes des autorités sanitaires afin de se rassurer. Cette position de dépendance est très inconfortable pour le psychisme parce qu’elle génère de l’impuissance et de l’imprévisibilité. Si la réassurance n’est pas bien faite, l’angoisse peut croître de façon très importante, par le biais des spéculations que chaque individu nourrira.

La réponse que chacun pourra se formuler sera un élément contributif central à l’état psychique. C’est pourquoi il est capital:

  • de bien s’informer (voir ci-dessous)
  • que les autorités sanitaires fassent preuve de beaucoup de pédagogie pour rassurer la population
  • de faire appel à un psychiatre, de préférence pratiquant les TCC, afin de combattre les distorsions cognitives si l’angoisse prend des proportions trop importantes.

C/ Imprévisibilité

Les perspectives datées aident déjà à combattre l’imprévisibilité. Toutefois, la plus grande imprévisibilité concerne:

  • la pérennité de déconfinement. Sera-t-il poursuivi, maintenu, ou faudra-t-il revenir en arrière si la situation sanitaire se dégrade?
  • quel sera le futur? Tous les analystes s’accordent pour indiquer un bouleversement majeur de l’équilibre social et financier.

Cette situation d’imprévisibilité est très difficile à gérer psychiquement.

D/ Routine et habitudes

Le confinement a imposé l’établissement de routines nouvelles. Il a entraîné une perturbation des rythmes sociaux: variation de l’heure de coucher et de lever, changement des heures de repas… Mais en plus de ces paramètres biologiques, il a souvent modifié la logistique du foyer.

deconfinement coronavirus covid : quelles conséquences psychiques?

Prenons un exemple simple. Pour les familles avec enfants, l’absence de cantine a imposé la préparation des repas à la maison. Examinons les conséquences psychiques:

  • Pour le parent qui prépare les repas, cela impose une charge mentale et logistique supplémentaire
  • mais aussi une augmentation du temps d’échange avec les enfants puisque les repas sont partagés

Le déconfinement va entraîner une perturbation de ce nouvel équilibre trouvé, avec un renoncement à certains besoins.

 

III/ Conséquences psychiques liées à la compréhension du déconfinement

A/ Danger lié au covid / coronavirus

La difficulté centrale est la suivante. Pendant des semaines, pour faire passer la pilule du confinement, la communication s’est centrée sur les dangers du coronavirus. Désormais, pour faire passer la pilule du déconfinement, la communication doit s’ingénier à montrer que le risque du covid est suffisamment minime pour justifier le déconfinement.

Par conséquent, la pédagogie des autorités sanitaires est un facteur essentiel. Si elle est bonne, la majorité des citoyens seront suffisamment apaisés pour accepter l’idée de se déconfiner. Sinon, la résistance psychique sera très importante.

B/ Justice et injustice

Le déconfinement va entraîner des disparités. Certaines personnes vont être appelées à reprendre leur activité et une vie plus proche de la normale, très tôt, d’autres plus tard.

Il y a une inégalité de traitement due au fait que le risque n’est pas le même dans tous les départements, mais aussi que le risque que court chaque personne n’est pas le même. Ainsi, le risque de forme grave est avéré pour les personnes âgées ou présentant certaines maladies.

Le problème est qu’il y a un risque élevé que cette différence de traitement soit vécue comme une injustice. Si les personnes concernées ne reconnaissent pas la légitimé de ce traitement différentiel, le danger pour elles est de concevoir de la colère, de l’acrimonie. Elle risque de mal vivre le prolongement du confinement pour elles, voire de le transgresser. Inversement, elles peuvent vivre comme un sacrifice le fait d’être déconfinées. Là encore, la pédagogie sera essentielle.

autre article sur le sujet: Interview par Chloé Ronchin sur CNews, sujet sur le déconfinement.

.

IV/ Conséquences psychiques liées à la confiance dans les autorités sanitaires

La confiance dont bénéficieront les autorités sanitaires sera un facteur clé de la réussite du déconfinement.

On peut identifier trois grandes questions:

  • Ont-elles tous les éléments scientifiques pour prendre une décision rationnelle?
  • Quelle est l’intention réelle derrière le déconfinement?
  • Les moyens matériels sont-ils présents ?

A/ Ont-elles tous les éléments scientifiques pour prendre une décision rationnelle?

Depuis le début de la pandémie, les autorités sanitaires ont reconnu que les données scientifiques à leur disposition étaient parcellaires. C’est parfaitement normal puisqu’il s’agit d’un virus émergent.

Cependant, depuis le début de la crise un grand nombre de données ont été amassées. Pour l’instant aucun traitement curatif ni préventif n’est encore identifié. Par contre, les données sur les risques courus commencent à apparaître.

Ce qui est important c’est que les autorités sanitaires se mettent en position de mériter la confiance des Français, en prouvant que leurs décisions sont fondées sur des données scientifiques réelles et vérifiables. Il leur faudra donc beaucoup expliquer. Il leur faudra aussi démontrer que les chiffres publiés sont vrais et répondre aux objections.

La confiance ne peut apparaître que si les citoyens sont convaincus que les autorités sanitaires ont tous les éléments scientifiques pour prendre une décision rationnelle. Cette confiance est le principal moteur de l’apaisement de la peur liée au virus.

B/ Quelle est l’intention réelle derrière le déconfinement?

Comme dit plus haut, les autorités sanitaires ont communiqué pendant des semaines sur le danger du coronavirus pour légitimer le confinement. Maintenant, il leur faut communiquer sur le faible danger liés au déconfinement. Une tâche ardue!

La réussite de cette communication tiendra d’une part à la confiance évoquée ci-dessus, mais aussi à la conviction que les décisions sont prises dans un but sanitaire.

En effet, une question revient comme un leitmotiv: ce déconfinement est-il décrété pour des raisons sanitaires ou économiques?

La crise financière engendrée par le covid est indiscutable. Et il est tout aussi indiscutable que la santé financière du pays passe par un déconfinement le plus précoce possible.

Par conséquent, il est légitime que les citoyens s’interrogent.

Il est donc capital que les autorités sanitaires prennent le temps de démontrer que le déconfinement est scientifiquement possible. Ainsi, les citoyens seront rassurés sur l’intention des autorités. Mais si un doute plane sur l’intention réelle du déconfinement, il risque de générer encore plus d’anxiété, de colère et d’acrimonie.

C/ Les autorités sanitaires ont-elles les moyens matériels de nous protéger?

Les pénuries de masques et de gel hydro-alcoolique ont semé des doutes sur la faculté des autorités sanitaires à rendre disponibles les équipements nécessaires.

deconfinement coronavirus covid quelles conséquences psychiques ?

L’accessibilité de ces matériels à l’ensemble de la population est un facteur de réassurance très important. Elle donne ainsi des moyens de prévention à chacun. La mise à disposition de ces équipements est un facteur capital pour obtenir la confiance indispensable pour bien vivre le déconfinement.

.

V/ Conséquences psychiques du déconfinement selon notre vécu du confinement?

A/ Si on a bien géré le confinement

Bravo à vous! Vous avez réussi à supporter le confinement. Du coup, vous avez trouvé un équilibre et peut-être même vous sentez-vous mieux qu’avant le confinement. Oui c’est possible, par exemple pour les gens qui étaient en burnout avant la crise du covid. Pour eux le confinement a ouvert une porte de sortie.

Mais du coup, la reprise d’une partie de la vie normale risque d’être difficile. En effet, cela voudra dire renoncer aux besoins qui étaient mieux satisfaits grâce au confinement. Cela peut être perte de la proximité familiale, de temps pour des activités non travail etc…

Le déconfinement va nous remettre face aux difficultés que nous rencontrions avant le confinement. En effet, le confinement a suspendu ces difficultés temporairement, mais elles n’ont pas disparu. Nous allons donc devoir les gérer. Cette anticipation est de nature à créer de l’anxiété et de l’appréhension.

B/ Si on a mal géré le confinement

Dans ce cas, nous partons avec un stress basal supérieur. Une charge émotionnelle est déjà présente. Le risque est d’avoir des difficultés tout à la fois à retrouver la charge psychique de la vie normale mais aussi à s’adapter aux nouvelles circonstances.

.

VII/ Conséquences psychiques du déconfinement pour les personnes présentant des troubles psychiques?

Si des troubles psychiques préexistaient ou sont apparus pendant le confinement, la marge émotionnelle est plus étroite. Le risque de mal gérer le déconfinement est plus élevé.

Il est capital de se faire aider si possible et qu’un diagnostic soit posé. Cela peut être bénin, mais il ne faut pas laisser traîner en cas de souffrance psychique.

Il est en effet établi que beaucoup de pathologies psychiatriques sont aggravées ou présentent un risque accru de rechute en cas de stress intercurrent. Le confinement en est un et le déconfinement en est un. Par conséquent, nous encourageons les personnes présentant des troubles à se faire accompagner.

 

VIII/ A-t-on été malade ou avons-nous eu un proche atteint d’une forme grave ou décédé?

Dans ces conditions, un syndrome de stress post-traumatique peut apparaître. S’il s’agit de la perte d’un proche, le risque de deuil compliqué est plus élevé.

Par conséquent, nous encourageons les personnes présentant des troubles à se faire accompagner.

 

IX/ Les conséquences que la crise aura sur nous

L’anxiété naît aussi de l’anticipation des conséquences de cette crise.

Garderons nous notre emploi? Notre niveau de vie? Allons-nous devoir faire face à une surcharge de travail pour rattraper la période d’inactivité? Est-ce que la société va être bouleversée?

Toutes ces questions vont se bousculer en nous, créant des pensées automatiques. Notre charge mentale va forcément augmenter.

Les conséquences psychiques seront d’autant mieux gérées que

  • nous n’appartenons pas à un secteur trop touché par la crise
  • les mesures prises permettront d’amortir les conséquences de la crise
  • la société ne sera pas trop bouleversée.

Là encore, nous sommes impuissants à nous rassurer face à ces dangers, en tant qu’individu. Nous sommes dépendants de facteurs extérieurs pour nous rassurer. Et le psychisme déteste cette situation de dépendance parce qu’elle génère de l’impuissance et de l’imprévisibilité.

Comme pour la peur liée au covid-19, la réponse que chacun pourra se formuler sera un élément contributif central à l’état psychique. C’est pourquoi il est capital:

  • de bien s’informer
  • que les autorités sanitaires fassent preuve de beaucoup de pédagogie pour rassurer la population
  • de faire appel à un psychiatre, de préférence pratiquant les TCC, afin de combattre les distorsions cognitives si l’angoisse prend des proportions trop importantes

 

X/ Quoi faire en cas de souffrance?

Si vous sentez des répercussions psychiques, il faut qu’un diagnostic soit posé par un médecin / psychiatre. Si vous souhaitez savoir comment en trouver un, voici nos conseils pour trouver un bon psy.

Un conseil important: n’attendez pas pour demander de l’aide. Une telle crise peut entraîner des effets post-traumatiques, des troubles anxieux ou une dépression.

 

Venir au cabinet à Paris

9 rue Troyon, Paris; tél:0609727094

  • Métro: Station Charles de Gaulle Etoile (ligne 6 depuis Paris 7-14-15-16; ligne 2 depuis Paris 17; ligne 1 depuis Paris 1-2-8, Neuilly sur Seine, La Défense, Nanterre)
  • RER: Station Charles de Gaulle Etoile (RER A depuis La Défense, Nanterre, Paris 8, Paris 1-4-11, Rueil, Maisons Laffitte, Le Vésinet etc…)
  • Bus: Station Charles de Gaulle Etoile (lignes 22-30-52 depuis Paris 75016; ligne 92 depuis Paris 75007, 75014, 75015; lignes 30-31-92-93 depuis Paris 75017; ligne 73 depuis Neuilly sur Seine; lignes 22-52-73 depuis Paris 8; ligne 92 depuis Levallois)

Fait à Paris 16 par un psychiatre et un psychologue

 

 

Image par mohamed Hassan Macau Photo Agency et gerd altmann