Troubles obsessionnels compulsifs (TOC)

Les Troubles Obsessionnels Compulsifs sont une pathologie psy fréquente nécessitant une prise en charge spécialisée.

Rédacteur: Dr Nicolas Neveux, Psychiatre à Paris, formé en Thérapie Cognitive et Comportementale (AFTCC), mail: dr.neveux@gmail.com
Sources: Dr Jean Cottraux, Les thérapies comportementales et cognitives, Masson; Dr Christophe André, Les thérapies cognitives; HAS 2005 Troubles obsessionnels compulsifs (TOCs) résistants : prise en charge et place de la neurochirurgie fonctionnelle.

.

L’essentiel:

ligne horizontale

Grâce aux émissions de télévision et aux témoignages dans les médias, les troubles obsessionnels compulsifs ou TOC, commencent à être un peu connus du grand public.

Quand on parle de Trouble Obsessionnel Compulsif, vient en premier l’image de Jack Nicholson dans « Pour le meilleur ou pour le pire ». Ce n’est bien sûr, qu’un film, qui caricature la situation. Pourtant, même approximatif, ce personnage illustre les difficultés liés aux TOC.

Ils sont à distinguer des TICs qui sont un diagnostic différent, d’origine neurologique et non psychiatrique.

troubles obsessionnels compulsifs : rituels de lavage

I/ Troubles obsessionnels compulsifs : quels sont les symptômes ?

L’un des signes les plus connus, très souvent révélateurs du TOC, est l’existence de comportements répétitifs nommés rituels. Les rituels consistent à effectuer plusieurs fois d’affilée une même action. La répétition de cette action est inutile, sans justification raisonnable, et effectuée dans un seul but: diminuer l’anxiété. L’idée directrice pour le patient est que ces rituels permettent de diminuer le risque de survenue de la chose crainte jusqu’à un risque proche de 0. Le problème est que ces rituels ont des effets secondaires et impactent lourdement l’existence du patient, au détriment d’autres domaines de sa vie.

Les différents types de rituels sont extrêmement variés. Ainsi, les plus connus sont

  • lavages des mains répétés
  • vérifications (fermeture de porte, du robinet d’eau ou de gaz…). On les appelle aussi compulsions, ou rituels de conjuration. Leur fonction est de tenter d’éviter la survenue de l’événement craint mais aussi de lutter contre l’angoisse. Les thèmes des rituels les plus fréquents sont:
    • propreté
    • sécurité (fermeture de porte, de robinet etc…)
    • conjuration pour éviter la survenue d’un événement craint: par exemple éviter de marcher sur les lignes au sol afin d’éviter qu’un malheur arrive
    • ordre: les gens mettent les objets dans un ordre précis ou en recherche de symétrie parfaite
    • dénombrement: compter sans raison les objets ou faire des opérations mentales, par exemple

Troubles obsessionnels compulsifs : compulsion de dénombrement

  • impossibilité de marcher sur les lignes au sol, ou obligation au contraire de marcher sur ces lignes
  • répétitions multiples d’un même comportement
  • obligation de compter ou recompter les objets, ou de compter dans sa tête
  • pensées répétitives, en particulier peur de commettre un acte interdit:
    • pensées sexuelles ou pornographiques
    • actes de violence
    • en lien avec le corps

Les autres symptômes du TOC comprennent

  • Syndrome de Diogène
  • Anxiété et angoisse. Toutefois, les TOCs ne sont plus considérés comme des troubles anxieux depuis le DSM-V
  • Panique en cas d’impossibilité d’utiliser les rituels et les compulsions
  • Lutte anxieuse: la personne qui a des TOC ne veut pas avoir ces pensées obsédantes. Elle lutte contre elles en tentant de se rassurer, mais sans effet suffisant.
  • La personne qui a des TOC est consciente du caractère aberrant de ces pensées mais ne peut s’empêcher de faire les rituels, qu’elle voit comme la seule façon d’éviter la survenue de la chose crainte. Une faible critique est un facteur de mauvais pronostic.
  • refus de renoncer aux rituels tant qu’on ne lui garantit pas à 100% que la chose crainte ne surviendra pas.
  • psychorigidité
  • perfectionnisme
  • tendance à se conformer aux règles, à la norme
  • conscience des troubles, peur d’être fou
  • peu à peu, le temps consacré à faire les rituels anxiolytiques ne fait que croître.
  • Difficultés à faire des choix et les assumer
  • Doute obsessionnel

Cette liste est loin d’être exhaustive, et est propre à chaque personne.

Dans tous les cas, les TOC sont caractérisés par une angoisse très importante lorsque la personne ne les accomplit pas. La personne lutte contre ses rituels et les obsessions, ce qui occasionne beaucoup de souffrance. Elle est consciente du caractère absurde des préoccupations. Il existe, à la racine du trouble obsessionnel compulsif, une aversion au risque, avec une quête du risque zéro, et un besoin de contrôle inapproprié.

 

II/ Diagnostic différentiel

Le médecin / psychiatre posera le diagnostic en éliminant les diagnostics différentiels suivants:
  • trouble neurologique: syndrome Gilles de la Tourette, chorée de Huntington, certains AVC, démences, syndrome frontal
  • troubles schizophréniques ou psychotiques où l’adhésion est totale
  • épisode dépressif majeur
  • tics (pas précédés d’obsessions)
  • hypochondrie
  • autres troubles anxieux
  • personnalité obsessionnelle

 

III/ Troubles Obsessionnels Compulsifs : quelles sont les complications ?

Les complications classiques découlent du fait que le patient ne consacre plus assez de temps à sa vie, et consacre presque tout son temps aux rituels ou aux pensées obsédantes.

  1. Isolement social
  2. Dépression
  3. Autres troubles anxieux (trouble anxiété généralisé, phobies…)
  4. Addictions, consommation d’alcool
  5. Échec professionnel ou scolaire
  6. Impact sur les relations avec les autres

 

IV/ Fréquence et épidémiologie des troubles obsessionnels compulsifs

Les troubles obsessionnels compulsifs touchent 2 à 4% de la population (Karno, 1988).

Les prévalences chez l’homme et la femme sont comparables.

Cette maladie peut apparaître chez l’adulte comme chez l’enfant ou l’adolescent.

C’est une maladie d’évolution chronique.

 

V/ Neurobiologie des troubles obsessionnels compulsifs

Le circuit orbito-fronto-striato-thalamocortical est impliqué dans la genèse des TOCs.

Cette constatation ouvre la voie à de possibles traitement, principalement utilisés dans les TOCs résistants.

 

VI/ Psychopathologie des troubles obsessionnels compulsifs (TOC)

La modélisation varie selon la théorie sur laquelle elle se base. Ainsi, la modélisation psychanalytique est très différente de la modélisation cognitive et comportementale.

Nous nous intéresserons ici au modèle explicatif des TCC, qui ont prouvé leur efficacité dans le traitement des TOCs.

troubles obsessionnels compulsifs : guérir grace au psychiatre tcc therapie cognitive comportementale

VII/ Traitement des troubles obsessionnels compulsifs (TOC)

Les TOC apparaissent souvent chez l’enfant, l’adolescent ou l’adulte jeune. Il est essentiel de ne pas laisser la situation se détériorer. Savez-vous qu’en France, la première consultation pour ce type de problèmes survient près de 10 ans après leur début? Souvent, à ce stade, les conséquences sont déjà graves sur la vie personnelle, le handicap important (plusieurs heures de TOC par jour), et sont plus difficiles à guérir. Notre conseil est donc de consulter rapidement un psychiatre qui posera le diagnostic.

Les traitements ayant prouvé leur efficacité sont:

Ces traitements entraînent une guérison ou une amélioration dans  90% des cas (2).

Pour les TOCs graves et résistants, une approche neurochirurgicale est possible. Elle ne sera pas traitée ici car rare et à réserver à des cas extrêmes.

A/ Approche psychothérapique

Les TCC (thérapies cognitives et comportementales) sont la seule psychothérapie à avoir fait la preuve de son efficacité dans le trouble obsessionnel compulsif (TOC) (1). Elles associent plusieurs abords.

Sur cette page, vous trouverez tous les détails de la prise en charge TCC des TOCs .

vidéo 1: analyse fonctionnelle: on identifie les pensées et les émotions qui posent problème

.

 

vidéo 2: tentative d’assouplir les schémas

B/ Approche médicamenteuse

Source: dictionnaire Vidal®.

Les molécules ci-dessous sont indiquées sans caractère d’exhaustivité.

1/ Traitement des moments d’augmentation de l’angoisse:

Anxiolytiques:

On trouve principalement:

  • Benzodiazépines: diazépam (Valium®), Oxazépam (Seresta®), bromazépam (Lexomil®), prazépam (Lysanxia®), Lorazépam (Temesta®), Clorazépate dipotassique (Tranxène®), alprazolam (Xanax®)
  • hydroxyzine (Atarax®)
  • étifoxine (Stresam®)

 

2/ Traitement de fond:

Les classes médicamenteuses qui ont une AMM (Autorisation de Mise sur le marché) comprennent, pour le trouble obsessionnel compulsif:

  • IRS et ISRS (Inhibiteurs de la Recapture de la Sérotonine): sertraline (Zoloft ®), paroxétine (Deroxat®), citalopram (Seropram®), escitalopram (Seroplex®)
  • Tricycliques: Clomipramine (Anafranil®)

Le délai d’action est plus important que dans l’épisode dépressif caractérisé. Il faut compter 10 à 12 semaines pour l’efficacité maximale. La durée du traitement est de 1 à 2 ans, souvent à dose maximale.

Venir au cabinet à Paris

9 rue Troyon, Paris; tél:0609727094

  • En métro: Station Charles de Gaulle Etoile (ligne 6 depuis Paris 7-14-15-16; ligne 2 depuis Paris 17; ligne 1 depuis Paris 1-2-8, Neuilly sur Seine, La Défense, Nanterre)
  • En RER: Station Charles de Gaulle Etoile (RER A depuis La Défense, Nanterre, Paris 8, Paris 1-4-11, Rueil, Maisons Laffitte, Le Vésinet etc…)
  • En bus: Station Charles de Gaulle Etoile (lignes 22-30-52 depuis Paris 75016; ligne 92 depuis Paris 75007, 75014, 75015; lignes 30-31-92-93 depuis Paris 75017; ligne 73 depuis Neuilly sur Seine; lignes 22-52-73 depuis Paris 8; ligne 92 depuis Levallois)

Fait à Paris par un psychiatre avec le concours d’un psychologue

Bibliographie

(1) Ruhmland M, Margraf J. Effektivität psychologischer Therapien von spezifischer Phobie und Zwangsstörung: Meta-Analysen auf Störungsebene / Efficacy of psychological treatments for specific phobia and obsessive compulsive disorder. Verhaltenstherapie.

(2) Nicolas Baup, « TOC : quelle prise en charge », La Revue du praticien – médecine générale, vol. 30, no 960,‎ , p. 317-318.

Photo by Matthew Tkocz et Pop & Zebra et  matthew-tkocz et pop-zebra