Dépenses inconsidérées

L’essentiel, si vous êtes pressé :

  • Les dépenses et achats inconsidérés ou compulsifs ont des causes psychiques mais sont aussi induites par des techniques de vente.
  • Certaines causes peuvent être graves (bipolarité)
  • Il existe des techniques simples pour y faire face et corriger le problème (voir § IV/)

.

Les achats compulsifs sont un problème extrêmement fréquent dans les pays occidentaux. Il faut distinguer les achats compulsifs / inconsidérés qui sont de l’ordre de la pathologie maniaque qu’on voit dans la bipolarité, des achats compulsifs / inconsidérés qui se voient dans d’autres problématiques.

Ce sujet a des implications en santé mentale, mais ne peut s’analyser sans traiter des déterminants sociétaux qui les favorisent, notamment certaines techniques marketing. Nous identifierons donc, dans la rubrique « mécanismes » certaines des ces techniques, et nous verrons dans la rubrique « traitement », comment s’en prémunir.

Afficher l'image d'origine

 

I/ Définition et manifestations concrètes.

.
Les achats inconsidérés correspondent à des achats:

  • incompatibles avec les ressources de l’individu: l’individu dépense des sommes excessives dans des achats superflus, ou ne priorise pas correctement ses dépenses par rapport aux besoins de première nécessité. Il s’agit de la prodigalité.
  • inutiles, même s’ils ne mettent pas en danger les finances de l’individu.
  • en excès
  • effectués pour gérer une émotion.

Les achats compulsifs sont fait aux cours d’une démarche impulsive, généralement sous le coup de l’émotion.

Les achats compulsifs concernent toujours des achats superflus, mais orientés plaisir. On n’achète pas compulsivement des produits rébarbatifs! Certains achats compulsifs portent sur la nourriture mais sont tout aussi inconsidérés, même si l’impact financier n’est pas forcément au premier plan. Cela se voit notamment dans les troubles du comportement alimentaire (anorexie, boulimie, binge eating) et l’hypersensibilité / hyperémotivité.
.

II/Mécanisme

 

Les achats compulsifs et inconsidérés ne sont pas uniquement le fait de l’individu. Il sont aussi induits par le fonctionnement de la société occidentale qui est une société de consommation.

.

A/ Mécanismes en rapport avec le fonctionnement psychique

.

L’acte d’achat a toujours une fonction. Il peut s’agir de:

  • gérer une émotion négative
  • chercher à générer une émotion positive dans l’immédiateté

Les personnes présentant des achats compulsifs sont souvent pris par une envie irrésistible d’acheter un objet généralement superflu, mais pourvoyeur de plaisir dans l’immédiat, à court terme. L’achat est induit par l’envie de posséder, en quantité, et pas en qualité, à l’instar de la boulimie.

Les déclencheurs sont souvent émotionnels:

La personne cherche alors à compenser par l’achat, qui apaise l’émotion négative, ou crée du plaisir.

Ce genre de fonctionnement, dans l’impulsivité, est très proche de la crise de boulimie ou du binge eating. Les personnes qui font ces achats inconsidérés ou compulsifs sont généralement incapables, sur le coup, de prendre une distance susceptible de leur permettre de porter un jugement critique et raisonnable sur leur comportement. La culpabilité naît généralement après coup. Toutefois, il s’agit généralement d’une culpabilité stérile, qui n’empêchera pas la répétition de ces comportements, voire les favorisera en créant une émotion négative. La personne ne saura pas la gérer autrement que par un nouvel achat compulsif, réalisant alors un véritable cercle vicieux.

Souvent l’entourage se plaint de ces achats, entraînant des tensions familiales ou de couple. Parfois, cela induit un véritable cercle vicieux où l’enjeu interpersonnel et le besoin de liberté prennent une part prépondérante dans les processus d’achats compulsifs ou inconsidérés.

.

B/Facteurs sociétaux

.

La société elle-même tend à favoriser ces comportements. Etant basée sur la croissance et donc sur la consommation, la société favorise ces comportements par des processus insidieux.

Tout ce qui permet de réduire la faculté de discernement de l’individu et sa réflexion sur la pertinence de son achat va favoriser les achats inconsidérés et compulsifs. Le marketing joue beaucoup là-dessus.

Les concepts marketing, qui sont parfaitement instruits des fonctionnements mentaux, jouent des faiblesses intrinsèques pour s’assurer que le client ne sorte pas du « tunnel de vente ». Rappelons qu’en marketing, le principe au contraire, est d’induire l’achat, pas d’aider le consommateur à avoir un achat pertinent. Voici certaines de ces méthodes:

.

1/ Induire la décision d’achat:

  • satisfait ou remboursé: cette garantie donnée au client permet de lui donner l’impression que le produit est bon et que sa décision d’achat pourra toujours être annulée. Mais dans la pratique, cet engagement est quasiment sans risque pour le vendeur: la plupart des gens effectuant des achats compulsifs utilisent l’objet immédiatement et ne peuvent pas se faire rembourser… ou simplement vont négliger de faire l’effort de revenir à la boutique se faire rembourser.
  • Garantie prix le plus bas: cette garantie permet de donner l’impression au client que le produit est vendu au meilleur rapport qualité/prix. Afficher l'image d'origine Mais dans la pratique, cet engagement est quasiment sans risque pour le vendeur: la plupart des gens, même hors achat compulsif, ne fait pas l’effort de continuer à chercher d’autres enseignes où acheter le produit, donc ne vont pas effectuer la recherche qui permettrait la comparaison de prix. Et quand bien même cette recherche serait effectuée, la garantie ne vaut que sur des produits strictement comparables… y compris sur le plan de la garantie ou du délai d’échange ou de remboursement… ce qui varie grandement d’une enseigne à l’autre, ne permettant donc pas de réaliser la garantie.
  • possibilité d’échange et avoirs: cette garantie donnée au client permet de lui donner l’impression que sa décision d’achat pourra toujours être annulée. Mais dans la pratique, cet engagement est quasiment sans risque pour le vendeur: finalement, les sommes ont été acquises, et peu importe quel produit a été vendu.

Toutes ces techniques de force de vente conduisent à faire naître chez le client des pensées automatiques comme « je peux acheter, au pire je pourrai revenir en arrière ».

.

2/ Réduire le temps de réflexion:

  • le fait de payer en carte bancaire, au lieu d’espèces, permet d’empêcher l’individu de se rendre compte des sommes qu’il dépense: entre 100 et 1000€, il n’y a qu’un zéro de différence… Mais si vous payez avec des billets de 50€, vous allez tout de suite la voir, cette différence! Si le client mesure comment se traduit en billets, la somme à payer, ce constat risque d’être plus dissuasif pour l’individu. La carte bleue conduit à favoriser les achats inconsidérés en les rendant indolores.Afficher l'image d'origine
  • le fait de payer en carte bancaire, au lieu d’espèces, permet d’accélérer le temps dévolu au paiement, moment clé où l’individu peut réaliser le caractère indu de la dépense. Ce moment critique est raccourci: payer 10€ ou 1000€ est aussi rapide en carte bleue… mais en espèces, cela prend plus de temps donc laisse le temps au client de bien réaliser si cet achat est justifié ou pas.
  • le paiement sans contact permet bien sûr d’accélérer le temps dévolu au paiement, moment clé où l’individu peut réaliser le caractère indu de la dépense.
  • l’enregistrement des coordonnées bancaires (sites marchands, application de smartphones…) permet aussi d’accélérer le temps dévolu au paiement, évitant que l’individu réaliser le caractère non pertinent de la dépense. Tandis que l’obligation de chercher sa carte bleue, trouver ses codes ou entrer ses coordonnées, permet d’allonger le temps donc de laisser l’individu réaliser le caractère indu de la dépense.

Toutes ces méthodes ont pour effet de faire perdre au consommateur la maîtrise de ses dépenses. Notons que toutes ces méthodes sont parfaitement légales, voire favorisées par la loi française.

.

3/ Rendre l’argent disponible

.

Les prêts à la consommation favorisent les achats inconsidérés et compulsifs. La facilité avec laquelle on peut souscrire un prêt à la consommation conduit l’individu à l’illusion qu’il dispose d’un pouvoir d’achat supérieur à ses revenus. lLes achats faits par le biais de prêts à la consommation sont de fait inconsidérés puisque au-delà des capacités de financement de l’individu. Le danger est le surendetemment.

 

.

III/ Causes des achats inconsidérés ou compulsifs

.

.

A/ Cause à éliminer

Une cause doit tout de suite être envisagée, car c’est une urgence diagnostique et thérapeutique: l’épisode maniaque ou hypomaniaque, que l’on rencontre dans les troubles bipolaires. Ces achats inconsidérés se rencontrent toujours accompagnés d’autres problématiques:

  • insomnie, sans fatigue
  • euphorie
  • excitation
  • grands projets
  • souvent les achats mettent en péril l’équilibre financier
  • familiarité
  • hypersexualité
  • tendance à parler sans s’arrêter
  • impression de fuite des idées
  • impression d’invulnérabilité
  • mégalomanie
  • agitation stérile

Si vous ou un de vos proches présentez ces signes, arrêtez de lire ces lignes et appelez le SAMU au 15 ou rendez-vous aux urgences les plus proches! C’est à prendre très au sérieux.

.

B/ Causes les plus courantes

.

Enfin, beaucoup de gens ne présentent aucune pathologie psychique claire, mais souffrent de leurs achats inconsidérés. Une prise en charge est alors nécessaire.

.

IV/ Traitement

.

A/ En cas de pathologie psychiatrique avérée

.

Le traitement est celui de la cause psychiatrique, car dans ce cas, les achats compulsifs ou inconsidérés ne sont qu’un symptôme. Une prise en charge psychothérapique est souhaitable, notamment en thérapie interpersonnelle ou en thérapie cognitivo-comportementale.

.

B/ Dans les autres cas

.

Pour se sortir des problèmes d’achats compulsifs ou inconsidérés, vous pouvez faire appel à une psychothérapie, mais aussi utiliser les règles simples, que nous vous détaillons ci-dessous.

.

1/ Psychothérapie

.

Une prise en charge psychothérapique est souhaitable, notamment en thérapie interpersonnelle ou en thérapie cognitivo-comportementale.

.

2/ Règles de vie

.

Si vous souhaitez venir à bout de vos achats compulsifs ou inconsidérés, par vous-même, nous vous proposons quelques éléments d’autocoaching, qui pourront gratuitement et facilement améliorer vos problèmes. Rappelez-vous le point le plus important: tout ce qui vous permettra de réfléchir à la pertinence de l’achat vous permettra de combattre les achats compulsifs ou inconsidérés donc donnez-vous du temps pour réfléchir! Maîtrisez vos dépenses!

  1. Toujours différer un achat, quel qu’il soit, dès lors qu’il n’est pas de première nécessité. 2 jours est un bon délai.
  2. Se débarrasser de votre carte bleue. Préférez les espèces: vous en emporterez moins et serez plus facilement conscient des sommes que vous dépensez.Afficher l'image d'origine
  3. N’achetez jamais sous la pression d’un vendeur: il fait son travail, et s’il le fait bien, il peut vous donner l’impression que vous avez des besoins qui n’en sont pas.
  4. Méfiez-vous des offres citées plus haut (satisfait ou remboursé, garantie prix le plus bas etc…): partez du principe que si bous achetez, c’est définitif.
  5. Favoriser toutes les démarches qui vous aiderons à prendre le temps de faire une dépense valable: cherchez des promotions, des codes réductions. Cela vous détournera de votre objectif d’achat et vous permettra de valoriser une démarche d’économie. En plus, le temps que vous consacrerez à chercher une bonne affaire vous permettra aussi de reconsidérer la pertinence de l’achat.
  6. Quand vous faites du shopping, fixez-vous une somme plafond. Mieux: emmenez-la en espèces et pas de carte bleue: vous ne pourrez pas succomber à la tentation. Faites le tour des magasins et achetez seulement après avoir fait le tour et vous aurez eu le temps de réfléchir. Peu à peu le palisir de posséder sera remplacé par le plaisir de faire une bonne affaire: acheter moins en quantité, mais mieux en qualité.
  7. Faites des listes de vos achats et tenez-vous à cette liste, sans rien rajouter
  8. Mettez en tête sur vos listes les achats de première nécessité
  9. Budgétisez vos revenus en consacrant en premier vos revenus aux dépenses incompressibles: impôts, loyers, électricité, nourriture (oui, oui, on n’est pas fun)
  10. Consultez vos comptes bancaires.
  11. Refusez d’être à découvert.
  12. Interdisez-vous d’emprunter de l’argent à des amis et bannissez les prêts à la consommation sauf cas de force majeure, mais jamais pour des achats consommables ou superflus.

En espérant vous avoir aidé à avancer!

.

 

 

 

.

 

 

 

.

 

 

 

.

 

 

 

.

 

 

 

.

 

 

 

.

 

 

 

.

 

 

 

.

 

 

 

.

 

 

 

.

 

 

 

.

 

 

 

 

 

 

 

.En métro: Station Charles de Gaulle Etoile (ligne 6 depuis Paris 7- Paris 14- Paris 15 – Paris 16; ligne 2 depuis Paris 17; ligne 1 depuis Paris 1- Paris 2 – Paris 8, Neuilly sur Seine, La Défense, Nanterre)En RER: Station Charles de Gaulle Etoile (RER A depuis La Défense, Nanterre, Paris 8, Paris 1- Paris 4 – Paris 11, Rueil, Maisons Laffitte, Le Vésinet etc…)En bus: Station Charles de Gaulle Etoile (lignes 22-30-52 depuis Paris 75016; ligne 92 depuis Paris 75007, 75014, 75015; lignes 30-31-92-93 depuis Paris 75017; ligne 73 depuis Neuilly sur Seine; lignes 22-52-73 depuis Paris 8; ligne 92 depuis Levallois)

Fait à Paris par un psychiatre et un psychologue