Idées envahissantes, obsédantes ou obsessionnelles

Rédacteur: Dr Nicolas Neveux, Psychiatre à Paris, formé en Thérapie Cognitive et Comportementale (AFTCC) et en Thérapie Interpersonnelle (IFTIP), mail: dr.neveux@gmail.com
Sources: Pratiquer la Thérapie Interpersonnelle (TIP) , Dunod; Manuel de thérapie comportementale et cognitive, Dunod

panneau-fleche-droite-ou-gaucheL’essentiel:

 

andy-art-1081494-unsplash

Les idées envahissantes sont des pensées qui s’imposent à la personne, généralement à la faveur d’un moment chargé d’émotion, positive ou négative. Elles peuvent apparaître en cas d’angoisse, de tristesse, de frustration… mais parfois aussi, spontanément. Elles peuvent occuper une part importante de notre temps et littéralement nous pourrir la vie.

 

I/ Contenu des pensées obsédantes

Le contenu de ces pensées obsessionnelles est très variable. Il peut s’agir par exemple de:

– ruminations obsédantes autour d’une chose qu’on aurait voulu dire ou faire. Par exemple: ne pas avoir réussi à s’imposer quand quelqu’un nous a doublé dans une file d’attente; et par la suite, ruminer sans arrêt qu’on aurait dû faire valoir ses droits.

– pensées envahissantes revenant sur un acte qu’on regrette d’avoir fait… ou pas fait.

– envies impérieuses et impulsives, de faire un acte aberrant, absurde. Très souvent, ces envies sont de nature agressive, injurieuse, amorale ou sexuelle. Par exemple, l’idée absurde de cracher sur quelqu’un sans raison.

– idées fixes, toujours les mêmes qui reviennent de façon récurrente. Elles peuvent n’être pas désagréables en soi, mais apparaître à des moments où elles ne sont pas bienvenues.

– montées brusques de tension interne, souvent accompagnées de l’impulsion irrésistible de crier… généralement pour dire une injure, ou un mot méchant.

– obsessions, pensées obsédantes ou obsessionnelles, souvent centrées sur des événements tristes, une culpabilité supposée, ou un événement redouté.

– pensées centrées sur des choses que nous avons à faire en rapport avec de la logistique, des choses à organiser etc…

 

II/ Vécu émotionnel

Les personnes qui connaissent ce genre d’idées en éprouvent généralement de l’angoisse ou de la honte.

De l’angoisse, parce qu’elles redoutent d’effectuer l’acte ou le cri redouté… bien qu’en général la personne n’accomplisse jamais l’acte redouté.

De la honte ensuite, car la nature des actes redoutés est très souvent répréhensible ou moralement condamnable. Du coup, la personne a l’impression qu’elle est réellement amorale. En réalité, même des pensées objectivement amorales n’ont aucune signification particulière sur la valeur morale de la personne chez qui elles apparaissent.

Ce qui est sûr, c’est qu’il est généralement très difficile de s’ouvrir à son entourage de l’existence de ces idées. Si elles deviennent vraiment envahissantes, générant beaucoup de souffrance ou faisant perdre beaucoup de temps, le mieux est de consulter un professionnel.

 

III/ Causes des pensées obsédantes

Dans l’immense majorité des cas, les pensées obsédantes sont bénignes. Il s’agit alors tout simplement de manifestation de ce qui préoccupe notre inconscient à un moment donné. Il n’y a alors rien de pathologique.

Mais dès l’instant qu’elles sont mal vécues ou entraînent des conséquences pour la personne ou son entourage, il est alors recommandé d’en parler avec un psychiatre qui pourra permettre de poser un diagnostic.

Les causes les plus fréquentes:

 

IV/ Conséquences

Les complications les plus fréquentes sont:

 

V/ Traitements

Le traitement sera avant tout la cause des pensées obsédantes.

Si les préoccupations sont de nature interpersonnelles, la TIP sera la psychothérapie de choix. elle permettra au patient de comprendre ses dysfonctionnements interpersonnels. Il sera ainsi mieux capable de mentaliser ce qui se joue en lui et chez l’interlocuteur. Cette meilleure lecture lui permettra ainsi de diminuer l’intensité et la fréquence de ces préoccupations.

Si les préoccupations sont très marquées par l’angoisse, la TCC sera à privilégier. le travail reposera alors sur la restructuration cognitive afin de briser le cercle vicieux amenant le patient à catastrophiser sa perception du monde et lui permettre de prendre une position plus rationnelle, moins chargée émotionnellement.

 

Venir au cabinet:

En métro: Station Charles de Gaulle Etoile (ligne 6 depuis Paris 7-14-15-16; ligne 2 depuis Paris 17; ligne 1 depuis Paris 1-2-8, Neuilly sur Seine, La Défense, Nanterre)

En RER: Station Charles de Gaulle Etoile (RER A depuis La Défense, Nanterre, Paris 8, Paris 1-4-11, Rueil, Maisons Laffitte, Le Vésinet etc…)

En bus: Station Charles de Gaulle Etoile (lignes 22-30-52 depuis Paris 75016; ligne 92 depuis Paris 75007, 75014, 75015; lignes 30-31-92-93 depuis Paris 75017; ligne 73 depuis Neuilly sur Seine; lignes 22-52-73 depuis Paris 8; ligne 92 depuis Levallois)

Fait à Paris 16 par un psychiatre et un psychologue TCC

Photo by Andy Art