Trouble Bipolaire, Bipolarité

Le trouble bipolaire (ou bipolarité) est un trouble de l’humeur assez fréquent et largement sous-diagnostiqué. .

I/ Symptômes classiques

. La personne présente une variabilité de l’humeur se traduisant par une alternance d’épisodes thymiques et d’intervalles indemnes de tout symptôme. Ces épisodes thymiques comprennent ainsi potentiellement:

  1. épisodes dépressifs (dépression)
  2. épisodes maniaques ou manies (excitation psychique, désinhibition psycho-sociale, grands projets, dépenses inconsidérées, impression que les idées filent, difficulté à se concentrer, impulsivité, coq à l’âne, idées de grandeur voire mégalomanie)
  3. épisodes hypomaniaques ou hypomanies: les symptômes sont les mêmes que dans l’épisode maniaque mais atténués, ce qui fait qu’ils passent souvent inaperçus
  4. épisodes mixtes (comprenant à la fois des éléments dépressifs et des éléments maniaques ou hypomaniaques)

NB: le mot « manie » est un faux ami: en psychiatrie, il n’est pas à prendre dans le sens « obsessionnel » mais dans le sens hyperexcitation de l’humeur. Les personnes qui ont eu:

  1. au moins un épisode maniaque ou mixte, avec ou sans dépression, présentent un trouble bipolaire de type I
  2. au moins un épisode hypomaniaque, avec ou sans dépression, présentent un trouble bipolaire de type II
  3. plusieurs dépressions, présentent un trouble unipolaire
  4. un épisode maniaque ou hypomaniaque déclenché au cours d’un traitement antidépresseur (virage maniaque), sans aucun épisode maniaque ou hypomaniaque spontané, présentent un trouble bipolaire de type III

.

II/ Autres symptômes

. De plus les troubles bipolaires sont très souvent accompagnés de:

.

III/ Traitement

. Comment traiter le trouble bipolaire? Le traitement associe:

  1. Traitement médicamenteux par thymorégulateur ou régulateur de l’humeur (divalproate de sodium (Depakote(r)), lithium (Teralithe (r)), olanzapine (Zyprexa(r)), aripiprazole (Abilify(r)…) qui sera le traitement de fond.
  2. Traitement psychothérapique, dont l’objectif est à la fois de permettre l’éducation thérapeutique, mais aussi d’amener la personne à être capable de détecter précocement les premiers signes d’un épisode thymique afin qu’elle puisse se positionner et enrayer une évolution vers une éventuelle rechute. Les thérapies comportementales et cognitives et les thérapies inter personnelles, en particulier avec aménagement des rythmes sociaux (TIPARS), ont prouvé une efficacité dans la prévention des rechutes typiques maniaques ou dépressives.

.

IV/ Difficultés classiques du traitement des troubles bipolaires

. Un grand nombre de cas de troubles bipolaires vont être sensibles au traitement… pourvu que le traitement tant psychothérapique que médicamenteux (thymorégulateur ou régulateur de l’humeur), soit bien administré. Or l’observance du traitement est le point le plus difficile dans les troubles bipolaires, pour plusieurs raisons:

– la réticence des personnes à accepter le diagnostic: généralement, comme elle s’est toujours connue comme cela, la personne bipolaire a du mal à percevoir ses propres écarts d’humeur qui lui semblent être la norme.  Elle met ces éléments sur le compte de sa personnalité, les revendique comme faisant partie intégrante de ce qu’elle est. Elle  réalise toutefois l’existence des épisodes dépressifs mais espère de façon irréaliste que cela va se régler sans traitement, spontanément. Rappelons qu’il ne s’agit en aucun cas de mauvaise volonté de la part de la personne. Cet aspect, appelé déni, fait partie intégrante de la maladie. Le traitement psychothérapique va donc toujours s’appliquer à faire reconnaître au patient les difficultés, lui montrant que sa vie sera encore meilleure sans ces variations. – le deuil des épisodes hypomaniaques et maniaques: les personnes bipolaires gardent des souvenirs agréables de ces moments d’excitation et d’activité où ils avaient des grands projets. Il leur est très difficile d’en faire le deuil et ont l’impression de ne plus avoir de ressenti, alors que simplement ils ont des ressentis d’une intensité normale mais inhabituelle pour eux. – les troubles addictifs qui coexistent souvent avec le trouble bipolaire. L’observance du traitement est naturellement plus dur dans ce cas. – le retard au diagnostic, dû au fait que les patients ne réalisent pas forcément l’existence des symptômes, en particulier dans les formes ne présentant aucun épisode dépressif, mais aussi au fait que la bipolarité est parfois sous-diagnostiquée. – les effets de masquage: certaines formes de trouble bipolaire se présentent sous un aspect de TOCs, trouble du comportement alimentaire (TCA: anorexie, boulimie)… créant une confusion qui peut amener à un diagnostic erroné. .

.

V/ Causes

.

Au niveau biologique, la trouble bipolaire trouve son origine dans la perturbation de neurotransmetteurs tels que la dopamine, la sérotonine ou le glutamate, sans que cette liste ne osit exhaustive.

La susceptibilité génétique est importante: elle contribue pour 60% à l’apparition du trouble bipolaire.

Les événements de vie traumatisants, quelle qu’en soit la nature notamment dans l’enfance, joue un rôle important dans la genèse des troubles bipolaires. Les stress et anxiété mineurs entraînent aussi un risque d’apparition de bipolarité chez des personnes prédisposées.

La prise de toxiques, cannabis et alcool, notamment à l’adolescence, est fortement corrélée à l’apparition d’un trouble bipolaire.

Enfin, le sommeil irrégulier particulièrement à l’adolescence et susceptible de bouleverser la biologie du rythme jour/nuit, semble également jouer un rôle dans l’apparition de la bipolarité.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

 

 

 

 

 

. . . . . . . . .En métro: Station Charles de Gaulle Etoile (ligne 6 depuis Paris 7- Paris 14- Paris 15 – Paris 16; ligne 2 depuis Paris 17; ligne 1 depuis Paris 1- Paris 2 – Paris 8, Neuilly sur Seine, La Défense, Nanterre)En RER: Station Charles de Gaulle Etoile (RER A depuis La Défense, Nanterre, Paris 8, Paris 1- Paris 4 – Paris 11, Rueil, Maisons Laffitte, Le Vésinet etc…)En bus: Station Charles de Gaulle Etoile (lignes 22-30-52 depuis Paris 75016; ligne 92 depuis Paris 75007, 75014, 75015; lignes 30-31-92-93 depuis Paris 75017; ligne 73 depuis Neuilly sur Seine; lignes 22-52-73 depuis Paris 8; ligne 92 depuis Levallois) Fait à Paris par un psychiatre et un  psychologue

Comments are closed.

Dernier article mis en ligne:

Achats inconsidérés / compulsifs: les reconnaître, identifier les pièges des techniques de vente, et comment s'en prémunir.

Articles les plus demandés:

  1. reconnaître la dépression et soigner la dépression
  2. reconnaître et soigner l’anxiété/l’angoisse
  3. traiter l’anxiété sociale, la phobie sociale et la glossophobie
  4. anorexie/boulimie
  5. maigrir/perdre du poids
  6. problèmes de couple, thérapie de couple
  7. aider un proche
  8. les Troubles obsessionnels compulsifs (TOC)

Le site est gratuit, sans pub, et le restera!

Si vous voulez nous aider, cliquez simplement sur nos boutons de réseaux sociaux pour nous liker!